Emmanuel Macron, son « garde du corps » à cote d’une bombe atomique !

357

Durant les dernières vacances estivales, du couple présidentiel formé par Emmanuel et Brigitte Macron, au Fort de Brégançon, l’attitude étonnante d’un des policiers du chef de l’Etat a été pointé du doigt. L’homme, qui travaille au sein du groupe de sécurité d’Emmanuel Macron, a été vu avec une femme au sein d’un hôtel ou vivait l’ensemble des membres de l’équipe rapprochée du président de la république.

On ignore à ce jour si des sanctions ont été prises à l’encontre du policier en question. Toutefois, cette histoire a fait grand bruit de le service sécurité, qui aurait décidé de prendre des mesures pour que plus jamais cette incident ne se reproduisent. Il en va de la sécurité du chef de l’Etat.

Le colonel Benoît Ferrand, directeur du groupe de sécurité du président de la république a vu d’un très mauvais œil cet incident, qu’il juge de « cas isolé ». Une situation qui serait une première, à en croire les propos du colonel et qui met tout en place pour que cette situation ne se reproduise plus jamais.

Ce sont nos confrères du Point, qui ont révélé « l’attitude inappropriée » du policier. Cette situation aurait eu lieu le 15 octobre. Le policier en question, dont le nom n’a pas été révélé pour des raisons de sécurité, a invité une femme dans sa chambre d’hôtel de Bormes-les-Mimosas, qui se trouve en face du Fort de Brégançon.

Cette femme, il l’avait rencontré le soir même dans un bar du coin. Le courant était bien passé entre les deux tourtereaux et il lui aurait proposé de le rejoindre dans sa chambre d’hôtel pour faire davantage connaissance, alors qu’il était censé être en service. C’est un salarié de l’Hôtel, qui a décidé d’en parler avec d’autres policiers qui logeaient sur place.

Face au comportement du policier, le colonel Benoît Ferrand a demandé l’autorisation au chef de l’Etat de  » sanctionner le garde du corps, et le changer d’affection après un comportement jugé incompatible avec l’habilitation secret défense des membres du GSPR », a rapporté le journal Le Point.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here