Séquence polémique dans l’émission C à Vous : les téléspectateurs sont en colère !

2591

Ce mardi 13 octobre 2020, Anne-Elizabeth Lemoine recevait l’écrivain Pascal Bruckner sur le plateau de son émission C à Vous, diffusée chaque semaine sur France 5. Celui-ci était effectivement présent pour présenter son nouvel ouvrage. Le romancier a alors tenu des propos qui ont fortement déplus aux internautes. Ils se sont d’ailleurs empressés de le faire savoir sur les réseaux sociaux, avant même la fin de la diffusion de l’émission.

Les paroles qui ont fait polémique sont les suivantes : « l’homme blanc est devenu le bouc-émissaire du discours néoféministe, qui n’a pas grand-chose à voir avec le féminisme que j’ai connu avant (…) Je pense qu’Alice Coffin nous a rendu un grand service, elle nous a mangés le morceau.

Jusque-là, on essayait de dire : ‘les hommes, il faut reconstruire les rapports avec eux’. Elle dit éliminer et cela s’entend de plusieurs façons. Cela veut dire aussi exterminer, liquider. Il y a eu pas mal de projets politiques au cours du XXème siècle où l’on a voulu éliminer un groupe ». Des mots qui ont suscités la colère des téléspectateurs, notamment des femmes qui se sont sentie agressées par de tels propos.

Lire aussi :  Claire Chazal, séparation douloureuse avec Nicolas Escoulan !

C’est à la suite du passage d’Alice Coffin lundi 12 octobre sur Europe 1 que Pascal Bruckner s’est exprimé ainsi. L’élue Europe Ecologie-Les Verts à la mairie de Paris exprimait alors son désespoir au sujet de la « dominance masculine ». Elle avait également indiqué qu’il faudrait « éliminer les hommes de nos esprits, de nos images, de nos représentations », des propos chocs qu’elle était alors fière d’exprimer à la radio.

Les internautes se sont rapidement emparés des réseaux sociaux pour faire part de leur mécontentement. Ils sont en effet indignés par les paroles de Pascal Bruckner et par le comportement des chroniqueurs de l’émission de France 5.

On pouvait par exemple lire : « Dégueulasse de parler une nouvelle fois d’Alice Coffin dans son dos et de laisser Bruckner débiter ses falsifications venimeuses sans le corriger. Cela après l’avoir décommandée le jour de la sortie de son bouquin à la demande expresse d’on ne sait qui ». Ils ont même appelé à laisser la femme politique tranquille : « Je suis pas fan d’Alice Coffin, mais bon pas vraiment sympa d’en remettre une couche laissez la tranquille elle n’est même pas là pour se défendre ».