Robert Pattinson parle de « déconnexion » avec les personnages qu’il a joué

Robert Pattinson parle de sa déconnexion avec les personnages qu'il a joué
Robert Pattinson parle de « déconnexion » avec les personnages qu’il a joué

Robert Pattinson partage davantage ses réflexions une fois le travail terminé.

Dans une récente interview pour Revue du pays des merveillesle Crépuscule a demandé la star à Barry Keoghan, sa co-star dans Le Homme chauve-souriss’il continue à avoir un lien avec ses projets une fois ceux-ci terminés.

Pour Pattinson, il a déclaré : « J’avais vraiment du mal à me surveiller. Maintenant, une fois que c’est fini, je me sens assez déconnecté. Je veux dire, pas déconnecté dans le mauvais sens, mais c’est un peu comme si… »

L’acteur de Saltburn a déclaré qu’il se sentait « juste épuisé » et qu’une fois qu’un film était « terminé, j’avais fini ». Keoghan a expliqué : « J’essaie de donner ce que j’ai donné le premier jour, le dernier jour. J’essaie toujours de garder cela à l’esprit et c’est pour cela qu’en jouant le rôle principal pour la première fois, j’avais l’impression que j’allais donner exactement la même énergie que celle que j’avais donnée le premier jour pour le dernier jour. Donnez tout simplement, parce que parfois, vous savez que la fin approche et que vous pouvez en quelque sorte être à moitié dedans, à moitié dehors. Mais cette scène pourrait se situer au milieu du film.

Au contraire, lorsqu’il s’est lancé dans un projet, Pattinson a déclaré : « Je deviens presque plus nerveux quand je ne me sens pas nerveux. »

« C’est pourquoi, chaque fois que je commence un nouveau travail… Je veux dire, cela n’aide pas vraiment que je ne fasse pratiquement aucun travail en ce moment, parce que j’aurais aimé en faire plus », a déclaré l’acteur de Water for Elephants lors de la conversation qui a eu lieu. menée avant la fin de la grève des acteurs.

« J’ai juste l’impression que je suis de retour au début. Je sais que la prochaine fois que je ferai quelque chose, je dirai que je ne me souviens plus comment faire tout ça. C’est plutôt agréable de s’y lancer en tant qu’amateur à chaque fois et de se dire : « C’est une énorme montagne à gravir ». C’est comme être à nouveau un faux total.

Laisser un commentaire