Accueil Célébrités Philippe Etchebest, furax, à cause d’une immense polémique !

Philippe Etchebest, furax, à cause d’une immense polémique !

12553

En ce moment, il n’y a pas besoin de vous faire un dessin pour comprendre en quoi la situation est tout bonnement catastrophique pour le monde de la restauration à cause de ce deuxième confinement.

En effet, c’est surement l’un des domaines les plus touchés depuis le début de l’épidémie et à force de fermer, les factures commencent à se multiplier dans les restaurants ce qui n’est pas bon signe. 

En effet, en temps normal, ils sont déjà des milliers à fermer chaque année à cause de la dureté de ce milieu. Avec les évènements de cette année, on n’imagine même pas la catastrophe qui nous attend. 

C’est d’ailleurs sur cette catastrophe que plusieurs chefs tentent d’alerter l’opinion publique et le gouvernement depuis de nombreux mois déjà, leur demandant de prendre des décisions pour sauver cet établissement. 

Parmi ceux-ci, on retrouve bien évidemment Philippe Etchebest en tête de file. Le chef star de Cauchemar en cuisine version française est en effet monté plusieurs fois au créneau pour tenter de faire bouger les choses. 

Une histoire de permis 

Mais récemment, ce n’est pas pour la fermeture administrative des restaurants que le chef le plus célèbre de France s’est emporté. Non, c’est pour son propre restaurant, Le quatrième mur qui se trouve à Bordeaux. 

Il a en effet voulu faire une extension de celui-ci en construisant une terrasse dans le centre-ville de Bordeaux. Il a alors bien fait attention de respecter toutes les règles et a fait une demande de travaux à la région qui l’a accepté. 

Les travaux ont alors été lancés avant que la ville ne les interrompe finalement. La raison étant que cette demande de travaux devait être transmise à la région, ainsi qu’à la ville pour que ceux-ci aient lieu. 

Une procédure complexe qui agace fortement le chef qui a annoncé que cet arrêt des travaux était infondé surtout en cette période compliquée alors que via ceux-ci, il y avait du travail qui se créait.