Paul « 12 Coups de midi » : terrible confidences sur son handicap. Son père l’a rejeté !

1296

La maladie est quelque chose de grave qu’il faut souvent prendre au sérieux pour pouvoir avancer et ainsi soit il traiter soit faire en sorte de la contrôler au mieux dans les années qui suivent. Le problème, c’est que si cela semble logique à bon nombre de personnes en ce qui concerne les maladies qui touchent le physique, il est un domaine où les choses sont encore bien trop peu prises au sérieux. 

Ce domaine, c’est celui des maladies psychiques. En effet, elles sont nombreuses et leur inconvénient majeur, c’est que même si elles sont de mieux en mieux diagnostiquées, elles sont aussi invisible; 

Ce sont de véritables handicap qui ne se voient pourtant pas à l’oeil nu et cela a fait que pour beaucoup de monde ces maladies n’existent tout bonnement pas et sont issues de l’imagination. 

Lire aussi :  Mika, terrible cancer – Covid, confidences choc sur sa mère !

C’est d’ailleurs l’une des difficulté quand on est atteint de ce genre de maladie, il faut faire face au regard de l’autre, à ses remarques voir même parfois à ses insultes envers vous à cause de cela. 

Une diagnostic difficile 

Le plus dur dans ce genre de maladie, c’est que ce que nous venons de décrire peut aussi venir de votre propre famille ! En effet, parfois vos proches n’arrivent pas à comprendre ces maladies. 

Cela peut alors mener à des situations où vos propres proches commencent à ne pas vous croire où a vous stigmatiser. Ils peuvent aussi commencer a vos appliquer certains clichés sur cette maladie. 

C’est exactement ce qu’a connu Paul des 12 coups de midi qui est diagnostiqué autiste Asperger depuis de longues années déjà. En effet, son père n’a pas réussi dans un premier temps à comprendre sa maladie. 

Lire aussi :  Benjamin Biolay blessant, il fait son mea culpa à Louise Bourgoin !

Pour lui, la vision qu’il avait de son fils était clairement différente de celle de la personne cloîtrée sans interactions qu’on donne à la télévision. Heureusement avec les années, tout s’est arrangé.