Patrick Bruel, ce buzz qui lui fait faire le tour de la toile

7545

Patrick Bruel est un homme aux multiples casquettes qui naît en Algérie alors que la guerre d’indépendance pour le pays est sur le point de se déclarer. Une guerre qui obligera sa famille à fuir. 

La petite famille s’installe donc du côté d’Argenteuil dans la banlieue parisienne où le jeune Patrick grandira. C’est assez tôt qu’il découvrira sa principale inspiration musicale à cette époque, Jacques Brel. 

Adolescent, il commence à prendre des cours de guitare avec des amis et à en jouer dès qu’il en a la possibilité. À 14 ans, il brave l’interdiction de ses parents et se rend au concert de Rolling Stones. 

Multifonctions, il commencera alors une carrière dans la musique, mais aussi dans le théâtre qui sont ses deux grandes passions à l’époque. Enfin, pour compléter le tout, il se lancera dans le cinéma. 

Lire aussi :  Marie-Sophie Lacarrau, situation douloureuse sur France 2 – révélation étonnante

Pendant plusieurs années, il alternera donc entre ces différentes casquettes avant de se lancer un autre défi depuis plusieurs années déjà. En effet, il est désormais à fond dans le monde du poker.

Une image qui fait le tour du net

Le poker, Patrick Bruel le pratique depuis un moment déjà. Plus précisément, depuis qu’il a passé quelques années dans le nord de la France chez sa belle famille dans le début des années 1970. 

Cependant, c’est vraiment ces dernières années qu’il va se lancer à fond dans ce monde en commençant à participer, mais aussi à gagner des concours qui sont organisés dans le monde entier !

C’est d’ailleurs une photo de lui jouant au poker qui a fait le tour de la toile il y a quelques jours de cela. Sur celle-ci, on le voit très concentré, lunette de soleil sur les yeux et écouteurs en place. 

Lire aussi :  Alain-Fabien Delon, soutien surprenant envers Nicolas Bedos, appel de détresse envers un ministre !

Depuis, de nombreuses personnes sur le net se sont amusées à tourner cela en ridicule en ajoutant de nombreuses légendes rigolotes sous cette image d’un Patrick Bruel un peu trop sérieux.