Accueil People Nicolas Bedos, commentaires scandaleux sur Olivier Véran dans TPMP !

Nicolas Bedos, commentaires scandaleux sur Olivier Véran dans TPMP !

5313

Vous n’êtes pas sans savoir que depuis quelques semaines maintenant, nous sommes revenus à un confinement qui nous avait tant mis en difficulté pendant plusieurs mois en début d’année. 

Une nouvelle qui n’a clairement pas ravi une part de la population qui n’avait clairement pas comme plan de passer toute la fin d’année enfermée chez soi sans pouvoir sortir et profiter de la vie. 

De plus, ce confinement a un goût amer pour beaucoup de personnes à cause de quelques spécificités comme le fait que le travail est encore encouragé. Dès lors, on a l’impression d’être simplement privé des loisirs. 

Un rythme boulot, métro, dodo qui exaspère bon nombre de personnes dont certaines personnalités publiques qui n’hésitent pas à le dire en publique comme Nicolas Bedos via ses réseaux sociaux. 

En effet, depuis plusieurs mois, il n’est clairement pas tendre avec le gouvernement, mais il a été encore plus loin récemment. Il a ainsi dit que le ton paternaliste d’Olivier Véran, le ministre de la santé, lui donnait envie de le buter. 

Gilles Verdez et Benjamin Castaldi en désaccord

Des propos qui ont fait réagir beaucoup de monde jusqu’à Touche pas à mon poste où les chroniqueurs ont débattu de ce qui semble être la dernière sortie de piste en date de Nicolas Bedos. 

Selon Gilles Verdez, il aurait dû faire bien plus attention aux mots qu’il a utilisés dans son message. Ainsi, pour lui le terme “buter” est bien trop violent, même s’il concède que ses paroles ont dû dépasser sa pensée. 

Toutefois, pour lui ce genre de commentaire et de vocabulaire n’a pas sa place dans une période où l’apaisement doit être mis en avant. Du côté de Benjamin Castaldi, on n’était pas du tout d’accord avec cette analyse. 

Selon lui, Gilles Verdez de par son intervention se met toujours du côté de la bien-pensance une situation qui agace le chroniqueur qui trouve que cette sortie médiatique de Nicola Bedos n’est pas si grave.