Nathalie Marquay, « coup bas », révélations étonnantes sur Jean-Pierre Pernaut !

3369

Le mari de l’ancienne reine de beauté a été dépeint par ses collègues comme un homme « colérique » et « intenable ».

Le présentateur mythique du journal télévisé de 13h de TF1 ne serait pas toujours aussi complaisant qu’il en a l’air face caméra. Hors caméra, ce serait une autre réalité. Le journaliste afficherait un tout autre visage, pas toujours agréable à vivre.

Nathalie Marquay, sa compagne depuis de nombreuses années, s’en est plus d’une fois prise à lui sur le plateau de C8 où elle officie en tant que chroniqueuse. On se souvient de sa sortie contre Jean-Pierre Pernaut au sujet de ses reportages sur Noël qui, selon elle, arrivent trop tôt. 

Voir cette publication sur Instagram

Allez ! On y croit !!! ????????????????

Une publication partagée par Jean-Pierre Pernaut (@pernautjp) le

«Il détruit la magie de Noël », soutenait-elle. « Je vais vous dire, il met Tino Rossi à partir du 20 décembre »… Une critique qui aurait été mal prise par le journaliste. Toutefois, aucun bruit sur le sujet n’en a jamais rien laissé paraitre. Jean-Pierre Pernaut n’avait pas alors exprimé, ni cette fois là, ni une autre fois, de colère.

Mais pour ses collègues de TF1, le journaliste, qualifié d’être une « tête de mule », serait « capable de tout casser et de renverser son bureau avec les ordis dessus ». C’est du moins ce qui ressort du portrait détaillé qu’a dressé de lui, il y a quelques mois, L’Express.

Mais le journaliste, dont il est dit qu’il « pique parfois des colères », n’est en fait qu’un travailleur perfectionniste. «J’ai toujours envie que le journal soit parfait. Il n’y a pas de colère froide», se défendait-il après la publication de ce  portrait.

Selon Eric Freslon, l’un des réalisateurs, Jean-Pierre Pernaut « visionne souvent son JT dans l’après-midi pour le passer au crible ». « Après tout, c’est peut-être ce côté colérique, hors caméra, qui fait la réputation et le succès de ce journal du midi, qui améliore très régulièrement ses audiences », a commenté le site Public.