Mylène Farmer terrifiée – un don transmis par sa grand-mère !

17688

Dans les colonnes d’Ici Paris, on découvre un penchant curieux de l’artiste retirée en Corse.

Dans l’un de ses hors-séries, le magazine Ici Paris se fait le devoir de révéler les «  secrets » de célèbres chanteuses dont Céline Dion ou encore Maurane. Et dans le lot on retrouve également Mylène Farmer. Cette dernière aurait en commun avec sa grand-mère Jeannette, à laquelle elle était attachée, un lien assez particulier.

« Mylène l’admire et apprend à son contact à aimer la peinture et le théâtre, ces artifices artistiques dont elle se servira plus tard pour créer son personnage », note le magazine. Toutes les deux possèdent « un goût commun singulier », renseigne Ici Paris. Les deux femmes « aiment les cimetières ». Elles ont « une fascination et une peur de la mort ».

« J’veux plus grandir parce qu’au bout il y a la mort et ça me fait peur. Tout comme me font peur mes relations avec les hommes », affirmait dans la décennie 1980 la chanteuse. Plus récemment, Mylène Farmer qui a perdu plusieurs de ses proches très tôt, disait « si la mort est un mystère la vie n’a rien de tendre… ».

En octobre 1996, la diva pleurait son frère aîné, Jean-Loup Gautier, décédé suite à un accident de la route à l’âge de 36 ans, dix ans après leur père. Le jeune homme fut heurté par un véhicule alors qu’il sortait de sa maison de Saint-Cloud. Le chauffeur n’avait pas vu le frère de la chanteuse qui décéda quelques minutes après le choc.

« Mon plus grand regret est de n’avoir pu partager mes émotions avec deux êtres disparus trop tôt de ma vie… Une absence trop présente, dont je souffre chaque jour », confiait-elle aux confrères de TV Magazine au sujet de cette perte douloureuse dans sa vie. Dix ans plus tard, le sort frappait de nouveau la chanteuse. Cette fois, c’est sa mère qui lui était arrachée alors qu’elle venait, quelques années à peine de reprendre contact avec elle. « J’ai un événement qui est marquant, et qui sera probablement le plus marquant de ma vie : c’est la perte de quelqu’un… », affirmait des années plus tôt Mylène Farmer qui évoque souvent dans ses chansons le thèmes de la mort.

Née dans la région de Montréal au Canada où elle a vécu les huit premières années de son existence, elle passe beaucoup de temps auprès des enfants malades hospitalisés, dont les tétraplégiques. Aujourd’hui encore, celle qui souhaitait devenir monitrice d’équitation mais dû changer ses plans après une grave chute, continue de leur rendre visite.