Michel Sardou, euthanasie – L’appel de détresse de Nicolas Bedos !

4931

Michel Sardou a, disons le, passé une année épouvantable. En effet, le monstre sacré de la chanson française a été confronté des épreuves en pagaille, au point qu’il pensait que cela n’allait jamais s’arrêter. Entre son hospitalisation, la disparition de plusieurs amis, le confinement et une dépression, l’année 2020 n’a pas vraiment commencé sous les meilleures auspices pour le chanteur émérite.

Tout a commencé avec son hospitalisation en février dernier en raison d’un état de fatigue intense. Celui qui est connu pour être très actif, n’a jamais mis le pied sur le frein, ce qui lui a valu une hospitalisation. Les médecins lui avaient préconisé un repos strict pour ne pas aggraver son état de santé. Des recommandation, qu’il suit au pied de la lettré désormais.

Cette hospitalisation a engendré des mauvaises nouvelles en cascade. En effet, celui qui se représentait au théâtre de Paris a été contraint de tout annulé. D’autant plus qu’il était également en pleine préparation d’une comédie musicale, censée reprendre ses plus grands succès. Cette dernière a également été annulé en raison de son état de santé.

Avec l’apparition de la crise sanitaire, Michel Sardou a eu beaucoup de mal à supporter le confinement. Mais il n’avait pas le choix, puisqu’en raison de son âge avancé et de ses antécédents médicaux, il est considéré comme une personne vulnérable. Fort heureusement, il a pu profiter d’un cadre agréable dans son immense demeure située en Normandie.

De plus, la disparition de ses amis durant la crise sanitaire a eu des répercussions sur son moral. Le chanteur aurait souhaité leur dire Adieu, ce qui était impossible en pleine épidémie du coronavirus, qui a fait des ravages sur son passage. En effet, seule la famille proche pouvait se rendre à la cérémonie d’adieu. Des mesures qui ont généré une grande colère chez l’artiste.

Récemment, Michel Sardou s’est prononcé en faveur de l’euthanasie. Une démarche soutenue par son ami Nicolas Bedos. Les deux hommes tentent de faire avancer les choses à leur manière afin de sensibiliser le gouvernement à cette cause. D’autant plus que certains pays d’Europe, comme la Belgique ou encore la Suisse, accorde les demande d’euthanasie sous certaines conditions.

« Je remplis un papier où je marque : “Débranchez-moi”. Il faut que l’homme choisisse, ce n’est pas aux médecins de le faire. J’ai connu ça, j’ai été proche de gens qui vivent ça », a confié le chanteur qui est contre l’acharnement thérapeutique.  

Quant à son ami, Nicolas Bedos, il a déclaré, récemment sur les réseaux sociaux, où il est très actif : « On en fait tant pour notre arrivée sur terre…et si peu pour notre sortie. Tous ces biberons, ces psys, ces blogs, ces nounous, pour se barrer démunis, impuissants, souffreteux et meurtris, comme des me*des. Nos derniers souvenirs sont précieux comme la vie qu’ils contiennent. La dernière page la qualité et le sens du livre. Parmi tous ces sujets/buzz à 2 balles qui mobilisent notre jeunesse par la pitié considérons mieux celui-ci. Nos adieux, c’est notre vie. euthanasie »