Michel Sardou, aux urgences. Un diagnostic extrêmement inquiétant !

7626

Le chanteur émérite, Michel Sardou a été confronté, récemment, à la mort d’un ami très cher. Sa disparition a eu de lourdes répercussions sur son moral. Sa mort a été un véritable crève coeur pour le chanteur. Il s’agit de Régis Talar. Il a rendu son dernier souffle à 82 ans, à la suite d’un long combat contre un cancer.

“Ma carrière a commencé en 1970 avec Régis Talar », a annoncé le célèbre monument de la chanson française durant une interview accordée au journal Le Parisien. « Je ne voulais pas de cette chanson, elle ne correspondait pas à mes goûts, mais mes producteurs de l’époque, Jacques Revaux et Régis Talar, ont insisté. Ça a été un triomphe », a confié le père de famille.

En outre, la star a fait une pause dans sa carrière artistique, après ses spectacles à la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt il y a deux ans. Aujourd’hui âgé de 72 ans, il a validé l’adaptation de ses plus grands albums en comédie médicale. Hors de la scène musicale, il s’est remis au théâtre et refais de l’équitation.

Malheureusement depuis quelques mois, la santé du chanteur s’est beaucoup détériorée. En effet, l’artiste a été conduit à l’hôpital à la suite d’une grosse fatigue. Par conséquent, il avait été obligé d’annuler beaucoup de représentations au théâtre, selon nos confrères d’Ici Paris.

Selon l’hebdomadaire, Michel Sardou avait été « hospitalisé dans un établissement parisien ». Un épuisement associé à une grippe avait fait exploser sa tension. Les docteurs lui vivement préconisé de mettre un frein sur sa carrière professionnelle. En effet, il est passé à deux doigts de la mort. Aujourd’hui, il a fait le choix de prendre sa retraite.

Par ailleurs, durant un entretien accordé à nos confrères Le Point, le célèbre chanteur n’a pas été tendre avec le chef de l’Etat et sa politique. Selon lui, Emmanuel Macron « n’est pas charismatique. C’est un très mauvais acteur, il est froid, il est plat, c’est une tanche. »

Avant de poursuivre : « Si j’avais vingt-cinq ans, je quitterais la France (…) Les gens s’imaginent que les petits vont grandir et que les gros vont maigrir, mais en fait c’est les gros qui maigrissent, et les petits qui maigrissent encore plus ».