Les aliments efficaces à consommer lors d’un régime cétogène qui vous feront perdre du poids

1459

La diète cétogène, ou régime keto, est un mode alimentaire qui admet un taux de glucides très bas (entre 20 et 50 g par jour). Le manque est compensé par divers aliments nutritifs, riches surtout en  lipides. Le régime cétogène résulte d’études sur le jeûne et la cétose, qui contribuerait à éteindre des épilepsies sévères. Bien que très prisé aujourd’hui, cette cure a été créée dans les années 1920 et visait à réduire les convulsions des enfants atteint d’épilepsie et le nombre de médicaments que prenaient ces derniers. Encore aujourd’hui, elle sert de traitement pour les enfants épileptiques soignés au CHU Sainte-Justine. 

Cette façon de manger serait propice à la perte de poids, et serait également efficace contre le diabète. Des études toujours en cours révèlent que le régime cétogène peut aussi avoir un effet bénéfique sur certains cancers, et d’autres maladies comme celle d’Alzheimer.

L’état de cétose nutritionnelle est généré par le gras métabolisé. Cependant, on ignore encore ses  bienfaits et son efficacité sur le long terme. Le régime «fonctionne» quand on parvient à atteindre l’état de cétose. Les bienfaits supposés de la cétose sont nombreux dont la perte de poids rapide, le ralentissement de l’apparition de la sensation de faim, l’amélioration du niveau d’énergie au cours de la journée, la réduction des symptômes de l’épilepsie, etc. Toutefois, il est conseillé de demander l’avis d’un professionnel de santé avant d’opter pour ce mode d’alimentation, car il peut être source de carences s’il n’est pas suivi comme il faut.

1.      Comment faire le régime Kéto ?

Selon le site ProtiLife, le régime Keto est plus un mode de vie qu’une cure. Il s’agit de changer radicalement ses habitudes alimentaires. Une transformation qui aurait un effet bénéfique sur le corps et le cerveau. Ordinairement, l’alimentation inclut une consommation quotidienne de 300g à 600g de glucides. Le mode de vie cétogène implique de réduire considérablement cet apport en glucides en fonction des objectifs et des besoins nutritionnels de chacun. Ainsi, il existe trois types de régime cétogène.

–                     le régime Keto modérée : la consommation journalière de glucides se situe entre 50g et 100gavec unmaximum de 10% de calories apportées par les glucidesCe mode d’alimentation convient aux personnes actives et en bonne santé qui n’ont pas de kilos en plus à éliminer

–            le régime Keto libéral : l’apport quotidien en glucides est égal ou inférieur à 50g. cette cure convient aux personnes qui ont un léger excès de poids et pratiquent peu d’exercices physiques

–       le régime Keto stricte : la consommation quotidienne de glucides est de 20g maximum.

Il est recommandé aux personnes sujettes à un surpoids important ou qui souffrent de certaines maladies. Il convient aussi particulièrement aux personnes qui ont une addiction au sucre.

1.1 Quels sont les aliments cétogènes ?

Pour arriver à l’état de cétose, on doit absorber chaque jour un maximum de 25 à 50 grammes de glucides (soit 5 à 10% de notre énergie). Ce qui correspond à une banane ou un yogourt pour une personne par jour. Or, une personne avec une ration alimentaire  «normale» tire en moyenne 50% de son énergie des glucides (c’est-à-dire entre 250 g et 300 g de glucides).

Il faut pourtant noter qu’un seul repas gras ne conduit pas à l’état de cétose. Pour atteindre cette condition, le corps doit être privé de glucides durant un minimum de 3 à 4 jours. Puis, si on parvient à demeurer ainsi 3 à 4 semaines (période de keto-adaptation), la quantité d’énergie que le cerveau va chercher à travers les corps cétoniques s’accroît au fur et à mesure, jusqu’approximativement 70%. A ce niveau, on dit qu’on est dans une véritable cétose. Une petite quantité de l’énergie dont se sert le cerveau proviendra toujours des glucides, qui seront générés particulièrement pour lui à partir des gras dans l’organisme. C’est pourquoi avec le régime cétogène, l’alimentation est pauvre en glucides et riche en gras.

Les aliments recommandés sont entre autres: la viande rouge, le bacon, le jambon, les saucisses, les poissons gras comme le saumon, la truite, la sardine, le maquereau, le thon, etc., le beurre, le fromage, les noix et graines, les huiles végétales, la crème 35%, la mayonnaise, l’avocat…

Les aliments à bannir sont entre autres : les pommes de terre (englobant les frites), le riz, les pâtes, le pain, les légumineuses… Si par inattention, la personne sous régime consomme trop de glucides et sort de l’état de cétose, son corps supportera un minimum de 3 jours à 1 mois pour retomber en mode Keto.

1.2 Quels légumes pour le régime Kéto ?

Lorsqu’on suit un régime cétogène, les légumes sont  essentiels. Mais certains le sont plus que  d’autres. Il est recommandé de manger surtout des légumes pauvres en glucides car réduire ses apports en glucides et accroitre l’approvisionnement en  « bonnes graisses » est la base même de cette diète.

Lorsqu’on suit un régime cétogène, il est préférable d’éviter les légumes-racines, dont font partis les carottes, les patates douces, les panais, les pommes de terre. Parmi les légumes pauvres en glucides, on trouve les épinards, l’endive, ou encore la laitue.   

1.3  Quels fruits consommer lors d’un régime cétogène ?

Divers fruits, riches en glucides, ne peuvent être conciliés avec le régime cétogène. Parmi  les fruits à ne pas consommer se trouvent la poire, la banane, les raisins, la mangue, la pomme, le litchi, l’ananas, ou encore la figue. Tous ces fruits contiennent au dessus de 10g de glucides pour 100g de chaque fruit.

Il existe cependant des fruits dont la teneur en sucre est naturellement faible et qui peuvent être consommés dans le cadre d’un régime cétogène. Leur teneur en glucides se situe en dessous de 10g pour 100g de chaque fruit comme c’est le cas du citron, la papaye, ainsi que les fruits rouges.   

1.4 Quel fromage pour le régime cétogène ?

Le fromage répond aux qualités d’un aliment cétogène. Il est riche en graisses, en protéines et ne contient pas de glucides. Dans le cadre d’une diète keto, on privilégiera le fromage au lait de brebis, qui contient moins d’hormones et est plus digeste. Le fromage à pâte dure de type pecorino romano apparait également une bonne option.

Le fromage bleu, le Camembert, le cheddar, la mozarella, le parmesan, le mascarpone, le fromage romano, à effilocher ou suisse, viennent entre autres rallonger la liste des fromages recommandés pour un régime cétogène.

1.5 Quel alcool pour un régime cétogène ?

Est-il possible de boire de l’alcool lorsqu’on suit un régime keto? Les spécialistes répondent oui! Mais une sélection doit être faite. Rappelons que le régime cétogène vise à maintenir le corps en état de cétose. C’est un état sous lequel le corps tire son énergie des graisses et des corps cétoniques plutôt que des sucres. De ce fait, il est privé d’un apport substantiel en glucides.

Pour autant, il n’est pas interdit de boire de temps à autres et de manière responsable un verre d’alcool, tout en veillant à l’apport en glucides. Pour faire un choix responsable de ce qui peut être consommé ou non, il est nécessaire de connaitre le rôle que joue le foie dans l’organisme. Notamment que cet organe a la capacité de décomposer les sucres, les graisses et l’alcool, mais qu’il n’effectue cependant pas ces tâches de façon simultanée.

Le corps classant l’alcool au rang de « poison », le foie cherchera en priorité à l’éliminer en le métabolisant. Ce qui signifie qu’entre temps, l’excès de sucre ou de graisse qui entrera dans l’organisme ne pourra pas être traité par l’organe, déjà occupé à défendre le corps contre ce qu’il estime être un poison. Ils seront donc stockés. 

D’un autre côté, le régime cétogène nécessite un niveau constant d’hydratation. Aussi, si on décide de boire de l’alcool, sachant que ce dernier a un effet sur la déshydratation, il faut songer à se réhydrater fréquemment avec de l’eau. Par ailleurs, d’après de nombreuses déclarations,  consommer de l’alcool en régime cétogène conduirait plus rapidement à l’état de sobriété. Enfin, il convient de rappeler, pour tous ceux qui ont pris la décision de boire de l’alcool bien que suivant un régime keto, que l’alcool est à consommer avec modération.

Pour réduire le plus possible le risque de sortie de l’état de cétose, il est conseillé à ces derniers d’opter pour des alcools pauvres ou sans sucre parmi lesquels on trouve la tequila, le gin, le rhum ou la vodka. Là encore il faut user de prudence dans le choix du soft à y ajouter. On conseille généralement d’utiliser des tonics sans sucre ou de l’eau gazeuse. 

Les vins secs et vins mousseux bruts apparaissent comme une meilleure option car ils contiennent moins de sucres, entre 2 à 4g de glucides par 100 ml. Ce qui permet même de prendre plusieurs verres selon les aliments consommés au cours de la journée. Quant aux bières, elles sont pour la plupart déconseillées en régime keto, à cause de leur niveau de sucre relativement haut. Il est préférable de prendre des bières légères tout en ayant soin de bien lire l’étiquette sur laquelle la quantité de glucides doit être précisée.

Ainsi, il faut éviter les softs sucrés comme les sirops et les jus de fruits, trop riches en sucre. Bannir également les vins doux tels que le muscat, le porto ou le riesling. Les liqueurs qui sont faits en grande partie de sucre devraient être également évitées si on ne veut pas sortir de cétose, ainsi que la sangria qui contient des fruits ajoutés qui en font une boisson trop riche en glucides. Même en ne mangeant pas les fruits présents dans le verre, ceux-ci auront déjà répandu leurs sucres dans la boisson. 

Et si l’alcool ne peut être évité, il doit être consommé avec modération. Le choix de la boisson doit être fait en rapport avec l’organisme et les aliments consommés au cours de la journée. Par ailleurs, il faut songer à bien s’hydrater et ne pas oublier qu’à l’état de cétose, le corps est plus sensible aux effets de l’alcool.

2.      Quels sont les aliments pauvres en glucides ?

Les macronutriments sont les aliments qui procurent de l’énergie à l’organisme. Il en existe trois types dont l’un est les glucides. Les deux autres sont les protéines et les lipides (matières grasses). Les glucides fournissent plus rapidement de l’énergie à l’organisme, comparés aux graisses et aux protéines. L’objectif principal d’une alimentation pauvre en glucides est de perdre du poids. En diminuant la part de glucides dans l’organisme, la quantité de calories diminue automatiquement. Le corps va alors chercher l’énergie dont il a besoin pour fonctionner dans les deux autres macronutriments : les protéines, et les graisses. Ce qui contribue à la perte de poids. 

Il n’existe pas de définition claire et officielle pour classer un aliment dans la catégorie pauvre en glucides. En tenant compte d’un maximum de 10g de glucides pour 100g d’aliment, on obtient une liste consistante d’aliments. Ces aliments dits « low carb » sont très faibles en glucides tout en état particulièrement riches en nutriments (glucides (g)/100 g).

Il s’agit notamment du poisson (0 g) et des crustacés, très pauvres en glucides mais riches en vitamines B, en potassium, en sélénium. Les légumes verts (<10 g), riches en minéraux, vitamines et plusieurs autres nutriments, apparaissent d’excellents substituts aux aliments riches en glucides. La viande (0 g) et la volaille (0g) fraîches sont riches en vitamine B et plusieurs minéraux essentiels à l’organisme. Une étude menée auprès de femmes âgées a révélée qu’un régime riche en viande grasse entraine des taux de HDL (bon) cholestérol 5% élevés qu’avec un régime faible en gras et riche en glucides. Toutefois, il est préférable de choisir de la viande d’animaux herbivores. Celle-ci est nettement plus riche en acides gras oméga-3, en acide linoléique conjugués et en antioxydants.  

Les œufs (0,3 g) sont l’un des aliments les plus sains et les plus polyvalents de la planète. Ils se mélangent à presque tout, et peuvent également être consommés seuls. Riches en bon cholestérol et en oméga-3, il a été démontré qu’ils augmentent la sensation de satiété. D’autres aliments comme l’huile végétale (olive, colza, tournesol, noix de coco) (0 g),  le tofu (0,7 g), le fromage blanc maigre (4,2 g), les champignons (<5 g), les fruits rouges (<10 g), les agrumes (<10 g), les noix et les graines, le café et le thé consommés en boissons non sucrées, viennent rallonger la liste.

2.1 Quels sont les bons glucides pour maigrir ?

Plusieurs personnes cessent brusquement de consommer des sucres dans le but de perdre du poids. Le problème est que sans la connaissance entre les bons et les mauvais aliments à consommer dans ce cas, la perte de poids ne sera pas effective et l’organisme pourrait même subir des carences.

Pour ne retenir dans son alimentation que les bons glucides favorisant la perte de poids, on commence par éliminer les sucres ajoutés, transformés, industriels, pour se tourner vers les sucres riches en nutriments et en fibres, dits « complexes ». On devra aussi tenir compte des sucres à Index Glycémique bas qui ont la capacité de conserver la glycémie sanguine à un niveau acceptable, pour aider l’élimination des stocks de graisses existants et donc permettre la perte de poids.

Pour un régime équilibré, on privilégiera le riz basmati, le boulgour, le quinoa, les fèves, les flocons d’avoine (bons également contre la graisse abdominale), les fruits secs et fruits frais de saison, les légumineuses et céréales complètes, les amandes, les noix et une grande variété de graines et oléagineux… Par contre, les produits à base de farine blanche, les boissons sucrées et les sodas, les pâtes non complètes et les plats riches en mauvais hydrates de carbone sont à mettre au placard  pendant le temps de la diète.

Il est important de ne pas éliminer complètement les glucides de l’alimentation car, même temporairement, la suppression d’une famille d’aliments dans l’alimentation conduit à des carences. Chez les personnes qui font du sport ou de la musculation, des blessures et contre-performances peuvent éventuellement être constatées.

L’apport en glucides est également nécessaire pour la concentration, un niveau adéquat d’énergie chaque jour et la capacité de suivre son régime sur la durée. Difficile au début, ce mode d’alimentation est aussi bon pour la santé que pour garder une belle ligne.

3.      Qu’est-ce que l’état de cétose ?

Lorsqu’on pratique un régime cétogène, le corps se met en état de cétose, c’est-à-dire qu’il va chercher l’énergie nécessaire dont a besoin les cellules pour bien fonctionner dans les lipides et non pas dans les glucides dont il est privé. Il va d’abord aller s’approvisionner dans les réserves de glycogène. Une fois que celles-ci sont épuisées, il se met à transformer les lipides en énergie. Au cours de ce processus, il produit des déchets appelés corps cétoniques qui vont alimenter spécialement les neurones. Pour arriver à l’état de cétose nutritionnelle, le corps doit avoir préalablement épuisé ses réserves de glucose. C’est ce qui le pousse  à se tourner vers la source d’énergie alternative que constituent les lipides.

Il existe une seconde méthode pour arriver à l’état de cétose. Il s’agit du jeûne. Le corps sécrète de l’insuline lorsqu’on consomme des glucides et emmagasine le glucose dans le foie pour ses besoins dans les phases de jeûne, c’est-à-dire entre les repas. Le surplus s’accumule sous forme de graisse dans les tissus adipeux (ventre, fesses, etc.). Près de 24h après le début du jeûne, le corps aura utilisé toutes les réserves de glucose et commencera à produire des corps cétoniques à partir des graisses pour alimenter l’organisme. C’est l’état de cétose nutritionnelle.

3.1 Comment savoir si mon corps est en cétose ?

L’état de cétose intervient lorsque les corps cétoniques présents dans le sang atteignent une concentration particulière. Les corps cétoniques sont les molécules produites lorsque les réserves de glucose deviennent trop faibles pour les besoins du cerveau. Celui-ci aime le sucre, mais lorsque le corps est en manque, il se voit obligé de faire un  compromis et d’utiliser la graisse. Or celle-ci ne peut pas accéder au cerveau en l’état et est donc décomposée en acétyl-CoA, puis transformée par le foie en corps cétoniques qui vont aller nourrir le cerveau.

Pour attester que le corps est en cétose, on se sert de bandelettes d’analyse d’urine. On les trouve sur Internet ou en pharmacie. Les bandelettes, supposées changer de couleur, ne déterminent pas si des corps cétoniques sont présents dans le sang, mais indiquent si le corps en produit. Le test peut également être réalisé grâce à des appareils similaires à l’alcootest qui permettent d’évaluer le degré de cétose à partir d’une expiration ou de l’haleine.

Mais le meilleur moyen de déterminer la présence ou non des corps cétoniques dans le sang, c’est par des tests sanguins. Ils fonctionnent comme un lecteur de glycémie et existent sous plusieurs formes. Le plus connu est le Precision Neo Freestyle, disponible gratuitement en pharmacie à l’achat de bandelette. Il est également possible de demander à son médecin une prescription pour le lecteur de glycémie et de cétone, si toutefois il est favorable au régime cétogène et accepte de vous suivre. Pour que vous soyez en état de cétose, le lecteur de cétose doit indiquer un nombre compris entre 0.5 et 3 mmol/L.

Avec le temps, on apprend également  à reconnaître les signes de son corps lorsqu’on est en cétose. Un goût inaccoutumé dans la gorge et la bouche, une sorte de goût amère peu importe ce qu’on a avalé dans la journée et qui se ressent généralement entre les repas ou lorsqu’on a rien mangé depuis plusieurs heures. Une sensation de bouche sèche, un peu pâteuse, sans qu’on se sente déshydraté. L’énergie qu’on déploie semble provenir davantage d’un état de bien-être ou de clarté d’esprit et de concentration, plutôt que d’une bonne dose de sucre ou de vitamines, ou même d’une boisson stimulante.

3.2 Quand mesurer les cétones ?

24h environ après le début du jeûne, le corps a épuisé ses réserves de glucose et se met à produire des corps cétoniques en se servant de ses graisses pour alimenter l’organisme. Les personnes qui pratiquent le jeûne auront remarqué qu’après 24h, elles ne ressentent plus la faim. On peut mesurer les cétones grâce à un test d’urine, sous forme de bâtonnets diagnostiques ou d’un glucomètre.

4.      Est-ce que le régime Kéto est bon ?

Bien que sa progression soit encore mal connue, l’état de cétose procure de multiples  bienfaits au corps. Les bienfaits du régime cétogène résulteraient en partie du fait que cette diète produit le même mécanisme que celui du jeûne, sans toutefois baisser l’apport en calories. Le corps consume rapidement les graisses, l’insuline est très peu stimulée, l’énergie résultant des graisses est beaucoup plus grande que l’énergie du sucre. Elle est en outre plus puissante et dure plus longtemps. Comme autres bienfaits, on note une sensation de bien-être et une clarté d’esprit, sans oublier la perte rapide de poids.

Olivia Charlet, micro-nutritionniste, est une experte en alimentation cétogène hypotoxique. Elle a fait un listing de toutes les maladies sur lesquelles le régime cétogène aurait un effet. Cependant, il est clair que les personnes soumises à ce régime peuvent réagir de manières différentes. C’est pourquoi avant d’entamer une telle aventure, il est préférable d’en parler avec son médecin.

L’épilepsie : le régime cétogène a été utilisé pour la première fois par le Dr Russel Wilder, dans les années 1920, pour lutter contre cette maladie. Le Dr Russel Wilder avait découvert que les cétones contribuaient à limiter les convulsions. L’introduction des traitements contre l’épilepsie  dans les années 1950 a plongé le régime cétogène dans l’oublie. C’est dans les années 1990 que la diète a fait sa réapparition, avec des enfants qui ne répondaient pas au traitement traditionnel.  

Le diabète de type 2 : d’après des spécialistes, la diminution sévère de l’apport en glucides peut permettre de prévenir la maladie puisque les récepteurs à insuline sont beaucoup moins requis. Pour le diabète de type 1, une étude a révélé qu’en associant le régime keto à des injections de doses plus faibles d’insuline, la glycémie (taux de sucre sanguin) parvient à être normalisée.

La maladie d’Alzheimer : d’après certaines études, la prise de TCM, des graisses spéciales qu’on trouve surtout dans l’huile de coco, durant un régime cétogène agit sur le cerveau des personnes qui souffrent de cette maladie neurodégénérative, à travers un meilleur fonctionnement calorique des mitochondries, dont le rôle est de fournir aux cellules l’énergie dont elles ont besoin pour fonctionner.

Les cancers : sachant que les cellules cancéreuses utilisent une quantité de glucose environ dix fois supérieure à celle des cellules saines, il est intéressant selon certains spécialistes, d’opter pour une alimentation cétogène en plus des traitements oncologiques.

Les maladies cardio-vasculaires, les maladies inflammatoires, le surpoids, l’obésité, la migraine et d’autres pathologies, trouveraient aussi leurs solutions dans un régime cétogène.  « En réduisant les apports en glucides tout en consommant de bonne graisses, le corps apprend à déstocker ses réserves lipidiques et mincit durablement », indique Olivia Charlet.

4.1 Est-ce que Kéto est dangereux ?

Incontestablement, ce régime aide à perdre rapidement du poids. Cependant, ce mode d’alimentation n’est pas adapté à toutes les personnes. D’autant plus que tout régime peut être source de stress pour le corps qui va alors accumuler en prévision d’autres privations. Il faut également être très prudent lorsqu’on reprend une alimentation normale, en ayant soin notamment de ne consommer que des glucides à Indice Glycémique bas.

Si de nombreuses études ont révélé que la diète keto a des vertus santé importantes, il est tout de même judicieux de bien réfléchir avant de s’engager dans un tel projet et, dans l’idéal, de consulter un nutritionniste expert en cétogène ou son médecin traitant car il faut aussi savoir qu’il existe bien des inconvénients et contre-indications.

Déjà, les effets à long terme du régime keto sur la santé sont mal connus. Ainsi, certains spécialistes déconseillent de le suivre sur plusieurs mois. D’après des chercheurs de l’Université de Yale, dont les travaux ont été publiés dans la revue Nature Metabolism, la pérennité des effets positifs du cétogène n’est pas assuré, du moins sur le long terme. Selon eux, un effet contraire peut être envisageable. « Quand des souris ont suivi ce régime au-delà d’une semaine, elles ont consommé plus de graisses qu’elles n’en brûlaient, ont perdu les cellules T gamma delta protectrices de la graisse et ont eu tendance à développer un diabète et une obésité », indiquent-ils dans leurs travaux.

Il existerait plusieurs risques dont celui de se retrouver à court de fibres à cause du plus faible apport en fruits et légumes. Ce qui conduirait à des problèmes de constipation, mais encore des carences dans certaines vitamines, anti-oxydants et sels minéraux. Au quotidien, le régime cétogène peut entrainer des nausées et des vertiges. La mauvaise haleine fait également partie des inconvénients de cette cure. C’est en fait le signe que le corps produit bien les cétones et que le programme alimentaire fonctionne. L’odeur est due à l’acétone, un type de cétone qui est éliminé par exhalation. Ce désagrément dure approximativement un mois, le temps pour le corps de s’adapter au manque de glucose et parvenir à fabriquer de l’énergie à partir des graisses.

D’autres désagréments comme des maux de tête, la fatigue, la nausée peuvent aussi apparaître, principalement aux cours des deux premières semaines. Tout comme la Keto-«grippe», qui présente des symptômes semblables à ceux d’une grippe, notamment des étourdissements, fatigue, insomnie, rages de sucre, cerveau au ralenti, etc. Généralement, cela prend fin après les premières semaines.

En cas d’insuffisance rénale, il est fortement déconseillé de pratiquer le régime cétogène. La perte de poids qu’elle implique au début résulte notamment d’une importante perte d’eau car chaque gramme de glycogène est lié à 3-4 g d’eau dans l’organisme. Dans le même ordre, la diète keto est vivement déconseillée aux personnes souffrant de cholestérol puisqu’elle favorise l’absorption de lipides. Et de façon générale, il faut être très prudent quant aux graisses que l’on apporte à l’organisme pour éviter tout risque de développer des maladies cardiovasculaires.

Compte tenu de ses nombreux interdits, s’engager dans cet régime pas facile nécessite d’être vraiment motivé et prêt pour un changement radical de son mode d’alimentation. Car il faut alors mettre un terme à la consommation des glucides (sucre blanc, miel, sodas, pâtisseries, viennoiseries …), presque tous les fruits, le pain et les pâtes, les légumineuses, les céréales, les légumes racines, pour ne se contenter que de quelques aliments bien indiqués comme le chou-fleur, l’avocat, le brocoli, le fromage vegan, etc.   

Aussi, on n’entame pas à la légère un régime cétogène. Et encore moins lorsqu’on souffre de certaines maladies comme le cancer, le diabète, la goutte, etc. A la place de ce régime drastique, il est conseillé de manger sain et équilibré. Ou de suivre un régime low carb qui recommande la consommation de 130 à 150 grammes de glucides par jour, au lieu de 50 grammes seulement. Il permet aussi de rétablir les bonnes graisses et d’augmenter un peu les protéines pour protéger la masse musculaire.  

4.2 Pourquoi le Kéto ne fonctionne pas ?

La diète keto peut convenir à différentes personnes, tout dépend de leur capacité à s’y conformer car elle nécessite d’être suivie à la lettre. La volonté doit être ferme et l’objectif pour lequel on le fait doit être fort, comme par exemple pour atténuer les convulsions dues à l’épilepsie. De plus, il est important avant de débuter de s’assurer de ne pas se mettre en danger. Pour cette raison, il est bon de consulter au préalable un médecin ou un nutritionniste.

5.      Qui a perdu du poids avec Kéto ?

Gwyneth Paltrow et Kourtney Kardashian ont perdu des kilos de façon spectaculaire  grâce à ce régime qui refuse la consommation de sucres au profit du (bon) gras. La diète keto a gagné en popularité ces dernières années, non seulement grâce au courant « zéro sucre » mais aussi à travers les célébrités qui affichent continuellement leurs silhouettes presque parfaites sur les réseaux sociaux. Kourtney Kardashian s’est réfugiée dans le smoothie avocat/banane tandis que Gwyneth Paltrow n’hésite pas, elle, à promouvoir ce mode d’alimentation sur son site.

Moins connu, Jeremiah Peterson, originaire du Montana et papa de 3 enfants,a perdu 42 kilos en seulement 5 mois grâce à cette diète. Il a 39 ans lorsqu’il décide, en 2017, de suivre un régime strict pour perdre ses kilos en trop devenus pour lui un souci quotidien.  L’élément déclencheur est une randonnée en famille au cours de laquelle Jeremiah se rend compte qu’il ne peut pas suivre ses enfants âgés de 9, 7 et 6 ans.  

Depuis, il partage son expérience sur son compte Instagram où il enregistre plus de 116.000 followers. Plus récemment, c’est dans les colonnes de la version anglaise du Daily Mail qu’il s’est exprimé. « Il est essentiel de trouver la raison pour laquelle vous voulez réussir dans la vie », a-t-il dit. « En rentrant, je me suis regardé dans le miroir. J’ai pensé à ma famille, à mes responsabilités et à la façon dont j’aurais 40 ans dans moins d’un an. J’ai compris que je devais apporter de sérieux changements dans ma vie ».

« J’ai voulu me remettre en forme parce que je n’avais pas assez d’énergie pour être productif au travail. Je veux être productif au travail, car il est important de subvenir aux besoins de ma famille. Il faut subvenir à leurs besoins, car être un bon parent est gratifiant. Je veux être un parent extraordinaire parce que je crois que c’est cela, avoir une vie saine », a-t-il écrit dans un récent post publié sur Instagram.

Sources :

Tout ce qu’il faut savoir sur le régime cétogène, David Nathan, septembre 2020

Voici les aliments cétogènes efficaces pour prendre soin de sa silhouette et de sa santé, par Delphine Gautherinwww.elle.fr

Régime cétogène ou low carb : 15 fruits pauvres en glucides à privilégier, parule 1 février 2021  dans Le Mag Femme Actuelle

Healthline, 16 Foods to Eat on a Ketogenic Diet par Franziska Spritzler —révisé médicalement par Amy Richter, RD — mis à jour en octobre 2020,

Previous articleComment perdre efficacement et rapidement de la graisse du ventre ?
Next articlePhilippe Etchebest :est de retour là où on ne l’attend pas !