Le prince Harry et Meghan Markle [humiliés], endettés jusqu’au cou !

Il y a fort à parier que lorsque Meghan Markle et le prince Harry ont annoncé leur souhait de se séparer de la famille royale Britannique, ils n’avaient pas prévu de devoir gérer tant de dossiers sensibles en aussi peu de temps.

En effet, il a tout d’abord fallu faire un dernier voyage en Grande-Bretagne au début du mois de mars pour respecter leurs derniers engagements royaux, et ce bien qu’ils étaient déjà installés au Canada.

Ensuite, suite à la propagation éclair du Coronavirus dans le pays, c’est le père d’Harry, le prince Charles qui a annoncé être contaminé. Meghan Markles a alors strictement interdit à Harry de se déplacer au chevet de son père.

Lire aussi :  Sylvie Vartan, tourmentée, terrible attaque, confidences bouleversantes

Enfin, mécontent de la gestion de la crise du Coronavirus de leur nouveau pays d’accueil, le couple a décidé de déménager aux USA. Ce n’était pas vraiment un coup de tête sachant que le couple envisageait de s’y installer à terme, mais la décision a tout de même été accélérée.

Lire aussi :  Alain Chabat, comment s'est-il retrouvé à l'hôpital psychiatrique ?

S’est alors posée la question de la protection du couple. En effet, jusqu’à leur départ, celle-ci était assurée par la couronne et n’avait donc pas à se poser la question. Mais avec leur arrivée aux États-Unis et l’interview de Donald Trump déclarant qu’il ne payerait pas pour leur sécurité, cette question est devenue très présente.

Mais forcément, la sécurité d’un couple tel que le leur n’est pas donnée. Pour vous donner une idée, le coût est estimé à pas moins de 20 millions de livres sterling ! Ces chiffres c’est CCTV qui les sort après avoir estimé les besoins du couple.

Lire aussi :  Carla Bruni, très jalousie, liaison de Nicolas Sarkozy

Problème, le couple n’a pas eu de revenu depuis un moment déjà. Précisément, depuis que Meghan Markle a décidé de prendre sa retraite d’actrice. Il y a donc fort à parier que les deux doivent rapidement mettre la main à la pâte sous peine de banqueroute.