Laurent Ruquier hospitalisé. Son état de santé est inquiétant !

632

L’année 2020 n’a pas commencé sous les meilleurs auspices pour le célèbre animateur, Laurent Ruquier, qui a été confronté à des épreuves en pagaille. Tout a commencé avec un accident domestique et notamment une chute dans les escaliers de son domicile. Celui qui est connu pour son franc parler reste traumatisé par cet accident, qui aurait pu être tragique. Seul chez lui, il aeu beaucoup de mal à contacter les secours.

« J’ai crié. Je n’ai même pas osé regarder mon poignet, il était tellement dévié. J’ai crié de douleur, mon chien a pensé que je jouais. Il tournait autour de moi, il était heureux, alors que je souffrais terriblement.” a annoncé le célèbre animateur de France 2, qui a souligné avoir vécu un véritable calvaire.

Par la suite, il a été confronté à des audiences catastrophiques pour son émission « On n’est pas couché ». Cela a engendré une multitude de rumeurs annonçant la fin de son émission. Au final, il s’est avéré qu’il ne s’agissait pas de rumeur sans fondement. En effet, son émission ne sera pas reconduite pour la rentrée prochaine.

« Je crois savoir – je vous le dis, j’ai quelques infos – que France 2 aurait envie d’arrêter Laurent Ruquier. Ils ont envie de l’arrêter dans On n’est pas couché. Les enfants de la télé, ça se passe plutôt bien. Mais je pense qu’il n’est pas très aimé au niveau des dirigeants, même plus haut… Ils ne sont pas comme des fous sur Laurent Ruquier », avait indiqué Cyril Hanouna durant son émission TPMP à l’époque des rumeurs.

Cette rumeur s’est avérée être fondée puisqu’il y a quelques semaines le trublion de France 2 a réglé ses comptes avec sa productrice. La fin de son émission « On n’est pas couché », signifie également la fin de son partenariat avec sa productrice. Aujourd’hui, avec Catherine Barma, c’est officiellement la guerre.

« J’aurais dû croire Frédéric Lopez et Thierry Ardisson [dont des émissions ont aussi été produites par Catherine Barma, ndlr]. Avec elle, ça ne peut que mal se terminer. Est-ce ma faute si ce sont mes idées qui ont permis à sa société de juteusement fructifier ? […] Est-ce à moi de supporter les frais d’une société de production incapable de proroger d’autres émissions que celles que j’anime ? », a-t-il indiqué.

Avant d’ajouter :  « Au bout de ces vingt ans, j’aurais aimé lui dire merci. Son hypocrisie, sa lâcheté, sa vénalité m’en empêchent ». Des propos qui n’ont pas plu à la principale intéressée et qui a rétorqué à sa manière chez nos confrères du Parisien? Mais contrairement à Laurent Ruquier, cette dernière a été très mesurée dans ses propos.