Laurent Delahousse très embarrassé après un lapsus en pleine soirée électorale

Laurent Delahousse et Anne-Sophie Lapix tous deux présentateurs à France 2 ont accueilli des éditions spéciales relatives au deuxième tour des élections municipales ce dimanche 28 juin. Dans l’émission en direct, le célèbre journaliste s’est fait remarquer par un gros lapsus, ce qui l’a beaucoup embarrassé.

Le dimanche 28 juin, les Français ont massivement participé au deuxième tour des élections municipales. En effet, Après le report du second tour du scrutin municipal en raison de la pandémie de coronavirus, c’est finalement ce dimanche 28 juin que les Français ont exerce leur droit de vote. En raison de cette actualité politique, de nombreuses chaînes ont changé de programmation et diffusent des éditions spéciales. 

C’est ainsi qu’à partir de 20 heures, France 2 diffusait en direct les premiers résultats qui commençaient à tomber. Il y avait de nombreux intervenants à l’occasion, sur le plateau de Laurent Delahousse et Anne-Sophie Lapix parmi lesquels Sibeth Ndiaye et Jean-François Copé, tous des experts du monde socio-politique. Ils se faisaient tous des commentaires sur les noms des maires entrants et ceux sortants. 

Après un direct d’environ deux heures,  chaque intervenant, y compris Laurent Delahousse se sentait épuisé. Ce soir, la parole était au professeur de communication politique Philippe Moreau Chevrolet qui a été interrogé sur le point de vue des Français sur la gestion des coronavirus par Emmanuel Macron. Selon le spécialiste en effet, « Il y a 56 % de « non », et quand on leur demande si Macron va être affaibli, ou renforcé, il n’y a que 52 % de « oui » ».

Lire aussi :  Laurent Delahousse, addiction, conflit familial, il brise le silence !

« Ce gros moment de solitude que je viens de vivre … »

Philippe Moreau Chevrolet poursuit : « Par contre, ce qui est intéressant, c’est qu’il n’y a aucun concurrent qui émerge contre lui, et ça, c’est intéressant », une affirmation qui fit réagir Laurent Delahousse: « Le seul concurrent qu’il peut avoir, c’est Eric Raoult pendant la campagne » a-t-il déclaré, avant qu’une intervenante ne le rectifie : « Didier, Didier ! ». 

En effet, il convient de préciser que Eric Raoult est un acteur politique. Il fut ancien député et maire du Raincy. Didier Raoult  contrairement à Eric Raoult  est un célèbre médecin chevroné de marseille qui s’etait mis en vue pendant la crise sanitaire du corona virus, notamment pour avoir défendu le recours à l’hydroxychloroquine. Il s’agit donc là d’un petit qui a véritablement mis Laurent Delahousse dans un embarras. D’ailleurs, il l’a si bien reconnu : « Ce gros moment de solitude que je viens de vivre … C’est énorme ! Non mais franchement, on est fatigués à cette heure-ci ! » l’objectif était de détendre l’atmosphère et d’éffacer ce petit moment tout à fait désagréable. À en juger par le comportement des autres intervenants qui ne cessaient de rire su le plateau, on peut conclure que le pari est réussi. Quel soulagement !

Lire aussi :  La fin avec TF1 ? Sur les réseaux sociaux, Jean-Pierre Pernaut fait des aveux stupéfiants !

Elections municipales

Sur le plateau de France 2, les analystes politiques ont passé en revue les défis de ces élections municipales. Bien que les résultats se soient progressivement manifestés, à partir de 20 heures précises au fil de la soirée, dans les villes les plus sensibles, les envoyés ont recueilli les déclarations des candidats et commenté les ballotages. Tout au long de l’exposition, les hommes politiques se sont relayés pour réagir violemment aux principales tendances émergentes au niveau national. Anne-Sophie Lapix et Laurent Delahousse accompagnaient la rédactrice en chef française Nathalie Saint-Cricq de Télévisions en France et Brice Teinturier, directeur général d’Ipsos France.

Ce deuxième tour des élections municipales, dimanche 28 juin, est caractérisé au préalable par une abstention record. Edouard Philippe vient vainqueur dans le Havre, il s’observe également une importante montée des écologistes et la prise de Perpignan par le Rassemblement national. Trois mois exactement après le premier tour déjà interrompu par la crise du coronavirus, ce second tour a encore été marqué par un taux de participation relativement faible, entre 40 % et 41 % selon les estimations, contrairement à 62,1 % en 2014.

Lire aussi :  Duffy, violée, séquestrée, pendant de longues semaines...

Il faut également noter : une victoire certaine à Paris pour Anne Hidalgo (PS-écologiste), ici, la maire sortante a obtenu entre 49,3 % et 50,2 % des suffrages selon Ipsos/Sopra Steria, devançant ainsi Rachida Dati (31,7 à 32,7 %) et Agnès Buzyn (de 13,7 à 16 %). « Vous avez choisi un Paris qui respire, un Paris plus agréable, une ville plus solidaire, qui ne laisse personne au bord du chemin », a affirmé la maire sortante à la presse.

La gauche en tête à Marseille. Selon les estimations de certains instituts de sondage, Michèle Rubirola, candidate de la coalition de gauche, arriverait largement en tête à Marseille lors de ce second tour des municipales, devant LR Martine Vassal.

Martine Aubry conserve son siège à Lille. La maire sortante de Lille, Martine Aubry, a retrouvé son siège pour un quatrième mandat. L’ex-patronne du Parti socialiste devance de quelques voix la liste écologiste portée par Stéphane Baly.