Laeticia Hallyday fait sa crise, cette seconde où elle a voulu tout arrêter, son couple mis entre parenthèses

5165

Même si leur couple a tenu dans le temps, la vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour Leaticia durant ces années avec la star.

Elle aurait parfois eu envie de tout claquer. Notamment les deux années qui ont suivi l’adoption de Jade, leur fille aînée devenue une ravissante adolescente aujourd’hui, et dont Laeticia Hallyday ne se sépare que pour très peu de temps lorsque doit se déplacer seule.

Johnny Hallyday, décédé début décembre 2017 des suites d’un cancer, était très « dépensier », et Laetica devait souvent veiller à ce qu’il ne claque pas plus qu’il n’était nécessaire, indique le magazine Actu France. Seulement, la belle blonde n’était pas toujours là quand il fallait freiner l’envie du chanteur de faire une folie.

Lire aussi :  Alain Delon, ne répond plus à personne, il s’isole, la fin est proche !

Ainsi, Johnny Hallyday aurait « acheté » un ranch au Canada  lors d’une visite, en 2006, dans ce pays du nord de l’Amérique, alors qu’il n’en avait pas les moyens. Le chanteur traversait alors une situation compliquée sur le plan financier.  

Johnny aurait eu un véritable « coup de cœur » pour l’immense ranch d’une superficie de plus de cinq cent hectares. « Il le veut et signe la promesse d’achat sur le champ », rapporte Actu France qui indique que « le fondé de pouvoir lui avait fait comprendre qu’il n’avait pas les moyens de « s’offrir ce beau domaine ».

Mais le taulier dû tout de même débourser la somme de 100 000 euros pour clore définitivement ce passage. Des histoires où Johnny Hallyday dépensait sans compter pour des raisons futiles sont rapportées en nombre par les médias, surtout à l’époque où il n’était pas encore avec Laeticia.

Lire aussi :  Cyril Lignac, terrible accident de moto qui a tout chamboulé !

Un soir, c’est le chanteur Philippe Chatel, qui a déjà collaboré avec Johnny, qui sauvera le rockeur de la disgrâce. «Requis par la légende aux poches trouées, l’aimable Chatel endosse, ce soir-là, les débours du festin new-yorkais », rapportait un journaliste ayant tenu à garder l’anonymat.