Accueil Célébrités La France, est en rupture de fromage à raclette !

La France, est en rupture de fromage à raclette !

1556

Le fromage à raclette pourrait bien venir à manquer sur la table des Français dans les prochaines semaines.

La nouvelle pourrait ne pas plaire aux amoureux du fromage, spécialement de la raclette. Surtout en cette période où les Français sont contraints de rester cloîtrés chez eux en raison de l’épidémie de coronavirus qui ne cesse de faire des morts dans l’Hexagone. Ce 11 novembre pourtant, Europe 1 a annoncé que la provision du fromage à raclette sur les tables des ménages pourrait être considérablement affectée.

Damien Richardot qu’ont rencontré deux journalistes de la chaîne explique pourquoi. «On vend environ trois fois plus que l’année dernière», a indiqué ce patron d’un restaurant-fromagerie dans la capitale. «Nos producteurs nous disent qu’ils ont eux aussi des volumes de commandes qui explosent. Avec une petite inquiétude, modérée pour l’instant, sur leur capacité à subvenir aux besoins de tout le monde », a-t-il détaillé.

Une pénurie de la raclette constituerait-elle une tragédie pour les Français ? Il se pourrait bien que oui. Notamment en cette période de confinement car elle constitue un plat cher pour eux. Et Catherine Vackrine, endocrinologue et spécialiste du comportement alimentaire, a tenté de l’expliquer au micro d’Europe 1.

«La raclette est assez riche, elle va jouer sur les circuits des émotions et les calmer. Parallèlement, la raclette, c’est un peu transgressif et régressif. Cela nous rappelle de bons souvenirs et cela nous remet dans une situation où on était bien, et qu’on ne va pas pouvoir vivre à nouveau cette année », a développé la scientifique.

Et alors qu’on prévoit déjà l’incapacité des unités de production à satisfaire la demande, dans les magasins, la vente d’appareils à raclette pour deux personnes connaît une augmentation. Ce qui n’est pas le cas pour le type familial moins demandé pendant le confinement. Selon Europe 1, dès les premières semaines de confinement, « les ventes de fromage et d’appareils ont augmenté de 300% par rapport à la même période, l’année dernière ».

Le premier confinement avait fait gagner à la moyenne des Français environ 2,5 kilos, en raison du grignotage et de l’absence d’activité physique. Les producteurs et les fromagers pour l’heure n’ont pas trop à se plaindre quant à la santé du secteur en cette période de crise sanitaire, ayant entraîné dans plusieurs autres, comme celui de la restauration et de l’hôtellerie, ou encore le secteur culturel, des manques à gagner considérables.