Jean-Michel Blanquer, Anna Cabana, très fusionnels. Vacances torrides en Corse !

2599

Jean-Michel Blanquer ne serait pas mécontent de sa relation avec Anna Cabana. Ensemble, ils ont passé quelques jours en Corse.

Lorsqu’il se sépare de sa femme, c’est dans les bras de la journaliste Anna Cabana qu’il trouve sa consolation. C’est le magazine Voici qui dévoilait au mois de juin dernier leur idylle, seulement quelques semaines après la prononciation du divorce du ministre de l’Éducation nationale avec l’avocate Aurélia Devos, avec qui il a partagé sa vie durant quatorze ans.

Leur rupture aurait été précipitée par la période de confinement. Ce qui n’aurait cependant pas contraint le ministre à la solitude pendant une longue durée. Avec la journaliste de 41 ans, Jean-Michel Blanquer s’est affiché cet été en Corse. Sur l’île où les tourtereaux ont été repérés, on pouvait les voir faisant « de longues balades main dans la main et n’ont pas manqué de se baigner dans les cirques à l’eau cristalline», renseigne dans sa parution du 21 août le magazine Voici.

Les amoureux qui se « dévoreraient des yeux», seraient comme attiré l’un par l’autre, indique la publication qui parle de «bonheur à l’état pur ». « Oui, elle le trouve plus sexy que Brad Pitt. Certains mystères de l’amour sont tout de même plus opaque que d’autres …», a poursuivi Voici qui affichait en supplément des images du couple sur l’île de beauté.

«Entre eux, rien n’est forcé, tout est spontané, il se passe quelque chose de très fort, ils sont en osmose totale. C’est clairement le grand amour », a ajouté la publication. Pour préserver sa relation avec le ministre de l’Éducation,  Anna Cabana a accepté de se contenter des pages cultures, renonçant à la rubrique politique à laquelle elle était rattachée dans le Journal du Dimanche.

Le ministre lui-même doit dans quelques jours faire face à un véritable défi. Il s’agit de parvenir à une rentrée scolaire réussie sur fond de covid-19. « A quoi ressemblera cette rentrée pour tous ? Le ministre de l’Education nationale a mis l’accent sur deux dimensions : l’une sanitaire, l’autre, éducative », renseignait le site de LCI.

« Ce que nous avons fait en mai et juin pour le déconfinement est utile pour la préparation de la rentrée. Les habitudes sont prises, tous les efforts nous seront utiles aujourd’hui pour être plus efficaces au mois de septembre », a dévoilé Jean-Michel Blanquer qui a, malgré la menace d’une résurgence de la crise sanitaire, choisi de maintenir la rentrée des classes au début du mois de septembre.