Jean-Luc Reichmann, son identité usurpée, il met en garde les spectateurs

38

Sur le plateau de Ca peut vous arriver, Julien Courbet a dénoncé une affaire d’escroquerie dont Jean-Luc Reichmann a été victime.

Jean-Luc Reichmann aurait pu se retrouver dans de sales draps. Un filou a essayé de s’approprier son identité dans le but d’extorquer de la monnaie à ses proches.

En ligne sur RTL avec l’animateur des 12 Coups de midi, dans son émission Ca peut vous arriver, Julien Courbet a révélé que le nom de ce dernier a été utilisé « pour soutirer des sous aux autres ». 

Hervé Pouchol, un ami de longue de Jean-Luc Reichmann témoigne : «Samedi vers midi, j’ai un certain Jean-Luc Reichmann qui s’abonne à mon compte Twitter. Le problème c’est que je l’ai déjà, le vrai, sur mon compte Twitter, donc bien entendu je flaire l’arnaque (…) Ce monsieur se présente en me disant ‘Je suis ravi de faire votre connaissance’, alors que ça fait 20 ans qu’on se connaît ».

L’homme qui s’est présenté comme Jean-Luc Reichmann l’invite alors à prendre part à son émission sur TF1. « Curieux d’aller jusqu’au bout de son histoire bien ficelée, Hervé Pouchol joue le jeu et accepte.

C’est alors que l’arnaqueur l’invite à se rendre dans un bureau de tabac pour y payer un ticket d’une valeur de 100 euros sur lequel figure un code. Il devait ensuite envoyer ce fameux code à son interlocuteur », relate Purepeople. « C’est un système de paiement où vous payez effectivement 100 euros au buraliste qui vous donne un papier avec un code, et ce code, celui qui l’a entre les mains peut l’encaisser quand il le veut », explique Julien Courbet sur le plateau de l’émission.

Jean-Luc Reichmann a donc voulu rappeler aux nombreux téléspectateurs et à ses followers : « C’est bel et bien moi qui suis derrière tous mes réseaux sociaux, que ce soit Facebook, Twitter ou Instagram. Donc bien évidemment pour participer à notre émission et gagner des centaines de milliers d’euros, pourquoi pas, il faut vraiment s’inscrire, mais c’est totalement gratuit », les invitant à toujours se référer « aux comptes certifiés avec le petit point bleu ».