Jean-Luc Reichmann, relation ambiguë avec une bombe atomique de 30 ans !

19539

Après quarante trois jours de confinement, des signes de fatigue sont perceptibles. Récemment, un fan a contacté sur les réseaux sociaux Jean-Luc Reichmann pour lui signifier sa colère concernant le confinement.

Beaucoup de pays à travers la planète ont été fermés les frontières et de faire appliquer des mesures de confinement très strictes à leur population. Une grande partie des entreprises sont fermées, sauf celles qui sont dites essentielles, comme les commerces d’alimentation, les pharmacies, les usines essentielles à notre fonctionnement…

Un internaute mécontent lui a écrit sur instagram q’il ne respectait pas les règles de confinement; « Vous ne sortez pas mais tous les midis vous allez travailler à TF1 !!! Faites ce que je dis, pas ce que je fais !!! », lui a lancé cet abonné qui croyait que l’animateur venait travailler tous les jours sur le tournage de l’émission Les 12 Coups de midi, qui a atteint ce dimanche « un pic de 7 millions de téléspectateurs ». L’animateur lui a bien précisé qu’il s’agissait d’émissions enregistrées à l’avance.

Par ailleurs, l’animateur de TF1 est au cœur d’une nouvelle rumeur. Il entretiendrait une relation avec une jolie blonde d’une trentaine d’années. Il s’agit d’une Solène Hébert, qui joue dans la série à succès « Demain nous appartient ».

En réalité, il s’agit simplement d’une relation professionnelle. ils ont collaboré ensemble pour les besoins de la série de TF1 Léo Matteï. Jean Luc Reichmann aurait été subjugué par son talent d’actrice. La ravissante blonde est également admirative de l’animateur.  Il m’a tout de suite mise à l’aise, intégré à l’équipe », a-t-elle confié.

D’autant plus que l’animateur de TF1 ne compte pas s’en arrêter là. « Bien-sûr, je suis d’ailleurs en pleine réflexion sur les prochaines intrigues », a-t-il annoncé. Il aimerait bien qu’Ingrid Chauvin, une autre héroïne de la série  » Demains nous appartient », intègre le casting, selon le magazine « France Dimanche ».