Jean-Luc Reichmann, différent, une terrible opération pour ôter sa tâche

8029

Il y a des tâches dont on ne peut se défaire et avec lesquelles il faut apprendre à vivre.

C’est ce qu’à dû faire Jean-Luc Reichmann avec sa tâche sur le nez. « Je me suis construit en m’assumant », affirme l’animateur des 12 Coups de midi qui a essayé, plusieurs fois sans succès, d’ôter la tâche de vin qu’il porte sur le nez depuis sa naissance et dont il dit avoir beaucoup souffert dans son enfance.

Sa mère a tenté plus d’une fois de l’enlever, sans succès. « Quand j’avais huit ans, on a essayé de la faire disparaitre avec de la neige carbonique puis au laser », a expliqué le célèbre animateur de TF1. « Je trouvais ça douloureux », a-t-il ajouté au sujet des techniques utilisées.

Faute de pouvoir s’en débarrasser, il a fallu s’y habituer. « Je me suis battu pour ma différence », affirme-t-il aujourd’hui. Et tans pis s’il y’en a qui ne sont pas content, car « rester fidèle à soi-même n’a pas de prix », déclare celui qui fait aujourd’hui partie des présentateurs préférés des Français.

«J’aurais pu la faire enlever au laser, mais je me suis dit que tout le monde avait sa petite différence. Que ce soit un cheveu sur la langue, que l’on soit blond, noir, roux. C’est notre différence qui doit faire la différence. Et c’est pour ça que je me suis battu », expliquait-il dans On n’est pas couché le 20 janvier.

C’est d’ailleurs grâce à cette tâche qu’on ne le découvre que très tardivement face caméra, à environ 35 ans. «Au début des Z’Amours, je salivais mon doigt, je faisais ça pour enlever le maquillage. Je me revois et j’avais dit à l’époque à Yves Bigot (ndlr : l’ancien directeur des programmes de la chaîne) : sois tu choisis les chaussures de couleur, j’avais commencé avec des Dr Martens jaunes à l’époque, sois tu choisis la tâche de couleur. On m’a dit ‘’montre ta tâche si tu te sens mieux comme ça’’ », poursuivait l’animateur.

Dans l’émission C à vous, avec Mimie Mathy, Jean-Luc revenait sur les différences et évoquait notamment celle de l’actrice et la sienne. Prenant la parole, Joséphine ange gardien avait alors dit : « Jean-Luc a assumé sa tâche au lieu de la planquer et moi je n’ai pas essayé de grandir ».