Irritée sur C News, Laurence Ferrari, règle ses comptes. Le public sous le choc !

36745

Il y a maintenant un peu plus d’un an de cela, une étrange maladie commence à faire son apparition dans les hôpitaux chinois de la région de Wuhan, une maladie touchant les voies respiratoires des infectés. Les médecins de la région lancent alors l’alerte et une recherche mène les scientifiques jusqu’à un marché de Wuhan où le Coronavirus serait apparemment apparu et aurait commencé à infecter des gens. 

Le problème, c’est que cette épidémie, elle va commencer à rapidement se propager dans cette région de Wuhan ce qui forcera les dirigeants à rapidement prendre des décisions pour protéger le reste du pays. 

Ils décideront alors de mettre cette immense ville, pourtant l’un des poumons économiques du pays du fait de son industrialisation, sous cloche pendant plusieurs mois afin de tenter de contenir le virus. 

Lire aussi :  Charlène de Monaco, joie cachée à Monaco – un secret très bien gardé...

Le problème, c’est qu’à ce moment-là, celui-ci s’est déjà fait la malle et quelques mois après, il aura réussi à infecter la terre entière, et ce malgré les efforts de tous les pays pour stopper sa propagation. 

Un débat où le ton monte

L’un des problèmes de ce Coronavirus, c’est qu’il est très récent et que donc on ne sait finalement pas grand-chose de lui. C’est d’ailleurs ce qui explique les différentes opinions de la communauté scientifique. 

On en a d’ailleurs vu un excellent exemple il y a quelques jours de cela lorsque deux de ces experts étaient invités sur le plateau de l’émission de Laurence Ferrari sur Cnews pour parler de la deuxième vague. 

Les deux épidémiologistes se sont alors tout de suite distingués par deux opinions très contradictoires ce qui a rapidement fait monter le ton de la discussion chacun accusant l’autre de dire n’importe quoi. 

Lire aussi :  Brigitte Macron, une douloureuse procédure de divorce, surprenante révélation !

Finalement, c’est Laurence Ferrari qui a dû taper du poing sur la table pour faire revenir le calme en mettant fin au débat qui n’allait nulle part et qui donnait une très mauvaise image de la médecine. Finalement après une pause, l’un des épidémiologistes quittera le plateau en colère.