Frédéric François, au plus mal. Il brise le silence !

13060

Frédéric François fait partie des personnes vulnérables durant cette crise sanitaire. Pour cela, il doit faire doublement attention à lui.

Cela fait huit mois qu’il se trouve enfermé en Belgique. Âgé de 70 ans, l’artiste a bien voulu accorder un entretien au cours duquel il détaille sa situation actuelle. «J’avais peur de cette seconde vague. Nous sommes plus vigilants que jamais. Il est très compliqué de vivre face à cet ennemi invisible », a-t-il confié. Confiné avec son épouse Monique, Frédéric François a expliqué être surtout triste de ne pouvoir voir ses enfants et petits-enfants.

«C’est une vraie souffrance. Ils ont des craintes pour moi et veulent nous épargner avec mon épouse », explique-t-il. «Il n’y a pas plus grande angoisse pour un père à mon âge que d’être séparé de sa famille, de ne pas pouvoir les rejoindre. Je ne les vois qu’à travers un écran. Je veille sur eux », a ajouté le chanteur italo-belge.

Contraint de rester chez lui, Il doit se créer des activités pour ne pas sombrer dans l’ennui. A côté des appels vidéo avec ses proches, Frédéric François travaille donc. «Lors de la première séquestration, au printemps, j’ai aménagé un home studio dans mon sous-sol. C’est la toute première fois que je fais un album chez moi», a-t-il affirmé.

Cet album, baptisé La liberté d’aimer, est sorti dans les bacs ce 13 novembre. Au-delà de la confection de l’opus, l’artiste a profité de cette période pour passer du temps avec son épouse. « Si tout le monde était comme moi, il n’y aurait pas une explosion de divorces comme en France ou ailleurs», soutient-il. Avec sa tournée renvoyée au printemps prochain, le chanteur a donc pu davantage donner son attention à Monique qui a toujours été là lorsqu’il en avait besoin.

«Cet enfermement m’a permis de m’installer et de vivre pleinement avec ma femme, ce qui est loin d’être toujours le cas», confesse-t-il. Le chanteur qui ne sait rien faire d’autre que de chanter des chansons d’amour a épousé Monique en 1970, un an après leur rencontre. «C’était la première fois qu’une femme s’intéressait à moi. C’était mon premier grand amour. Soyons honnêtes, c’était ma première fois ».

Ensemble, ils ont eu quatre enfants dont des jumeaux qui n’ont pas survécu. « Ce fut un événement douloureux. Nous avions commencé à tout préparer pour leur arrivée. Ensuite, nous avons dû aller à l’hôpital des urgences, et ils nous ont dit que nous les avions perdus. Nous avons mis beaucoup de temps à nous en remettre», s’est souvenu Frédéric François.