Enrico Macias : aux urgences, il est au plus mal et veut quitter la France !

488

On ne peut pas dire que cette année a été l’une des meilleure pour Enrico Macias. En effet, le chanteur émérite a dû faire face à la maladie, à un terrible accident, mais aussi à la solitude qui a eu de lourdes répercussions sur son moral. Aujourd’hui, le célèbre artiste a accepté faire des confidences renversantes sur cette année riches en émotions et en difficultés.

Après avoir contracté le covid 19, le chanteur émérite a combattu avec succès le virus du haut de ses 81 ans. Après avoir traversé le pire, la loi des mauvaises séries à continuer pour la star. En effet, il a été victime d’une terrible chute qui lui a valu une opération chirurgicale. Une situation qui a effrayé ses proches, qui pensaient qu’il n’allait pas s’en sortir au vu de son âge.

La crise sanitaire a frappé de plein fouet la planète entière et malheureusement le bilan est lourd en France, avec plus de 39 000 personnes décédées du Covid19. Enrico Macias n’a pas dérogé à la règle et a également été contaminé par ce terrible virus.  » J’ai attrapé ce fameux covid et j’ai eu des symptômes qui ne correspondaient pas du tout à ce qu’on disait. Je n’ai pas eu de fièvre, je ne toussais pas, mais j’ai eu des douleurs abdominales horribles », a indiqué le chanteur.

Avant de poursuivre:  » Heureusement, je n’ai pas été hospitalisé et j’ai été sauvé par les médecins. J’ai une pensée à tous ces gens qui sont partis et n’ont pas eu ma chance d’être sauvés par la maladie ». Après un long confinement et un repos strict, il a fini par prendre le dessus sur cette maladie, qui l’avait beaucoup affaibli.

Après le coronavirus, Enrico Macias a fait une chute à l’extérieur. Son col du fémur était cassé et Enrico Macias a été conduit aux urgences, où il a été opéré très rapidement L’articulation de sa hanche a été remplacée par une prothèse afin qu’il puisse remarcher un jour.

« J’aurais pu finir paralysé, ou même disparaître. Ces soixante jours ont néanmoins été très difficiles à vivre. Je dormais beaucoup, mais mal, car on me réveillait tôt le matin pour les soins. Je suis en pleine rééducation après ma chute et je commence à remarcher un peu. Si j’avais pu et s’il n’y avait pas eu tout ce contexte de contraintes sanitaires, je crois que je serai allé à Lisbonne », a-t-il indiqué.