Claire Chazal, nommée ministre. Elle brise le silence !

7259

Depuis quelques semaines, l’ancienne journaliste vedette de TF1, Claire Chazal fait l’objet de surprenantes rumeurs. Celle qui est une grande passionnée de la culture et du sport est au centre d’un bruit de couloir annonçant qu’elle serait une ministre au sein du gouvernement d’Emmanuel Macron. D’ailleurs, cette nouvelle s’est propagées sur la toile comme une traînée de poudre.

A juste titre, la principale intéressée a décidé de sortir de son silence pour face à la polémique engendrée par cette rumeur qui n’a cessé d’enfler depuis son apparition. « C’était une rumeur sans fondement mais cela aurait pu m’intéresser », avait confié Claire Chazal lors d’un entretien accordé à nos confrères du Figaro, il y a deux ans.

Aujourd’hui, c’est une toute autre version qu’elle livre. « Là je le dis, c’est archi faux, je le précise. On en a déjà parlé avec Marc-Olivier, ce que dit Le Canard Enchaîné est archi faux. Marc-Olivier n’a jamais parlé de moi à l’Elysée et moi-même d’ailleurs, je pourrais faire passer un message à l’Elysée si je le voulais. Je ne l’ai pas fait, je n’étais pas candidate. », a-t-elle confié, visiblement très irritée que cette rumeur fasse à nouveau surface.

Et de poursuivre : « 18 mois, c’est très court, qu’il faut être très courageux pour y aller alors que c’est une période critique un peu pour les artistes ». En effet, la crise sanitaire a frappé de plein fouet notre pays et a eu des répercussions terribles sur de nombreux domaines, tels que la restauration, ou encore le monde du divertissement.

Claire Chazal n’est pas contre devenir ministre un jour, mais elle a bien conscience que c’est un monde où personne ne se fait de cadeau. « Je n’aurais pas dit non mais (…) je trouve que la politique est rude, il faut accepter de prendre des coups. Ça ne se refuse pas, mais je n’étais pas candidate », a-t-elle ajouté.

Toutefois, il y a deux ans, elle se sentait prête à succéder à Françoise Nyssen, mais elle n’a jamais été contactée. « Là, j’étais plus que candidate (…) Au début du quinquennat, j’étais tentée et j’aurais bien voulu tenter cette aventure, mais je n’ai pas été appelée à ce moment-là. », a-t-elle conclu.