Christophe Lambert, un terrible secret de famille fait son apparition !

349

Le célèbre réalisateur Franco-américain, Christophe Lambert qui s’est longtemps battu contre de nombreuses dépendances, a accepté d’évoquer son passé douloureux et notamment un secret de famille qui lui a toujours fait beaucoup de mal. L’acteur émérite a dû faire face très jeune à l’absence de ses parents, a eu beaucoup de mal à accepter cette situation. Son père, qui était diplomate voyageait tout au long de l’année et ses présences à la maison se comptaient sur les doigts d’une seul main.

Quant à sa mère, elle avait une activité professionnelle, qui lui prenait beaucoup de temps. En tant que pédopsychiatre, elle avait un emploi du temps très chargé. Adolescent, il aurait fait les 400 coups pour montrer sa colère et fini même par tomber dans l’alcool et la drogue. Ses addictions l’emmèneront directement dans une situation très précaire.

Nos confrère de France Dimanche ont publié un dossier sur Christophe Lambert et font des révélations renversantes à son égard. En effet, celui qui est aujourd’hui un réalisateur respecté aurait vécu un véritable calvaire. Une situation qui a beaucoup inquiété ses nombreux fans, qui pensaient qu’il n’allait pas arriver à sortir la tête de l’eau. Pendant longtemps, il n’était plus que l’ombre de lui même.

Toutefois, en lisant l’article jusqu’au bout, on se rend compte que l’artiste vit entre la France et les Etats Unis, où il s’est offert une luxueuse maison. Néanmoins, quand il retourne dans l’hexagone, il ne dispose d’aucun logement et vit à l’hôtel la moitié de l’année. Un situation qu’il assume parfaitement.

« En France où je vis six mois de l’année, je n’ai plus de chez moi.  Cela fait vingt-cinq ans que je loge à l’hôtel. C’est pratique : je veux être seul, je reste dans ma chambre, je veux voir du monde, je descends au bar », a confié le célèbre comédien, qui assure que cette vie lui convient parfaitement.

Par ailleurs, il y a quelques jours, a accordé un entretien au magazine France Dimanche et a abordé un lourd secret de famille. « J’étais un enfant, excessivement perdu, en quête d’affection. Gilles était mon aîné de quatre ans et nous avons été séparé très tôt. Mon frères avait un handicap mental. Il avait un lien très fort avec ma mère, très fort et très fusionnel », a-t-il indiqué.

Avant de poursuivre : « Mon père avait 50 ans quand je suis né. Il venait d’un tout autre univers, où l’affection se limitait à une accolade. Et il vivait très mal l’handicap de mon frère. Il le cachait. Je ne pense pas qu’il se sentait coupable, mais il était triste, déçu, et il me disait ‘tu es mon seul fils’. ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here