Charlotte Casiraghi, mariage en péril, violences, douleurs – Une vérité étouffante !

4384

La fille de la princesse Caroline serait en colère contre une personne qui lui fait «mal».

Si Charlotte Casiraghi reste extrêmement discrète sur sa vie privée, elle se serait toutefois confié au sujet d’une une personne qui l’a fait souffrir. Aucun nom n’a été cité, mais certains émettent l’hypothèse qu’il s’agisse de l’époux de sa mère, le prince Ernest-August de Hanovre qui, récemment s’est tristement illustré dans les  colonnes des médias people.

Le chef de la maison de Hanovre est souffrant depuis plusieurs années. Et aujourd’hui, sa santé mentale serait également atteinte. Cela tend à se confirmer par sa conduite recette. Celle-ci aurait dégénéré au point où il s’en est pris à des agents de l’ordre. Le mal en cause selon Le Soir Mag serait l’alcoolisme. Le mari de Caroline de Monaco se serait une fois de plus retrouvé «plongé en plein délire paranoïaque et hallucinatoire»

Ernst de Hanovre souffrirait  d’un «alcoolisme profond, incontrôlable, qui finira sans doute par le tuer», a commenté la publication. Toujours selon le tabloïd, le beau-père de Charlotte Casiraghi aurait plusieurs fois séjourné à l’hôpital suite à des comas éthyliques. «À plusieurs reprises déjà, il a frôlé la mort. Il avait été interné en janvier 2019 dans une clinique autrichienne à cause d’une intoxication alcoolique», indique Le Soir Mag.

Et plus récemment, dans la nuit du 15 au 16 juillet, le prince a été pris une nouvelle fois d’hallucinations. «Mais je ne sais pas pourquoi la police est venue (…) Un policier m’a frappé », a-t-il déclaré aux secours qu’il a appelé vers une heure du matin. D’après une scène filmée, il s’en est pris à des policiers, les menaçants avec une batte de baseball.

« Je pense qu’ils étaient ivres, au moins ils ont donné l’impression. J’ai probablement reculé. J’étais halluciné. Un tel voyou effronté. Ils m’ont menotté puis ont baissé mon pantalon, et m’ont traîné à travers la pièce», a-t-il affirmé. Concernant l’hôpital où il a été examiné par la suite, « ils ne m’ont pas laissé sortir pendant cinq heures. Ils voulaient m’emmener dans une pièce et m’endormir. Je suis resté debout toute la nuit. Je leur ai dit de ne pas me faire ça, je suis une personne normale. J’ai crié jusqu’à ce que je sois autorisé à sortir », a-t-il affirmé.

L’année dernière, Charlotte Casiraghi se laissait aller à quelques confidences lors d’une interview qu’elle accordait au magazine Vogue dans sa version mexicaine. Deux mois avant son mariage, elle affirmait être en «colère contre quelqu’un qui lui faisait mal». Cela pouvait être tellement brutal que vous ne pouvez pas exprimer ce qui se passe », confiait-elle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here