Chantal Goya, confidences angoissantes …

0
3453

Chantal Goya ne coule pas ses meilleurs jours. La chanteuse accumule les coups durs. Après avoir tout perdu, elle doit maintenant faire face à ça.

« Chantal Goya fichée par la Banque de France en interdit bancaire, la chanteuse est désormais sous le coup d’une enquête judiciaire pour avoir contracté un énorme prêt de plusieurs millions d’euros », rapporte le site Média Francophone. Malgré sa force de caractère et son côté combatif, la chanteuse s’est retrouvée ruinée et désormais répertoriée à la Banque de France en interdit bancaire.

Selon Sud Ouest, Chantal Goya fait l’objet d’une enquête menée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR). Cette procédure judiciaire résulte du prêt d’un montant énorme que sa banque, le Crédit Municipal et solidaire de Bordeaux, lui a octroyé. «La transaction financière illégale a été repérée par la Banque de France qui aurait soumis la banque à une procédure. En réalité, l’institution bancaire a prêté 2,2 millions d’euros à la chanteuse, en considération de ses droits d’auteur perçus en 2016 », précise le site français.

Or, lors de l’opération, la chanteuse et son époux faisaient déjà l’objet d’un endettement auprès du Trésor public. Un détail qui n’est pas intervenu lors de la transaction, car alors il n’y aurait jamais eu de prêt. Car celui-ci pourrait se répercuter chez les contribuables bordelais. D’où l’implication de l’ACPR qui, à l’issue de son enquête, fera un rapport.

Dans Sud Ouest, Christophe Leuret, le directeur de la banque de Chantal Goya, a signifié que la mission principale de sa banque est de venir en aide aux «personnes en difficultés laissées en marge du milieu des banques ». Selon lui, « son institution bancaire n’a aucune perte ou contentieux à déplorer pour le moment ».

La chanteuse, qui a bercé les rêves des enfants entre les années 80 et 90, fait face à d’énormes soucis financiers. France 3 a diffusé le 30 septembre dernier un documentaire sur elle : “L’Indomptable Chantal Goya”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here