Carla Bruni, Nicolas Sarkozy, désaccords irréconciliables, la rupture se profile !

Mary-Kate Olsen et Olivier Sarkozy se séparent. Cette fois, c’est officiel, et les chances qu’ils reviennent sur leur décision sont très minces.

Près de cinq ans après leur mariage, Mary-Kate Olsen et Olivier Sarkozy font la Une des journaux suite à la procédure de divorce qu’ils ont initié. En plus de constituer déjà une situation difficile pour chacun, elle se complique avec le confinement qui demeure à New York où le couple vit, et qui ne permet pas à Mary-Kate de déménager.

Selon le magazine People, c’est le désir de maternité de l’épouse qui aurait mis le feu aux poutres. « Il y a quelques années, avoir un bébé n’était pas une priorité pour elle. Cela a changé ». Or, Olivier Sarkozy, qui a déjà deux enfants avec son ex-femme, ne serait pas pressé de renouveler l’expérience.

Lire aussi :  Charlotte Casiraghi, critiquée, surprenant coup bas d’Alexandra de Hanovre

Mais est-ce uniquement cela qui les rend irréconciliables ? Non, semble-t-il. Leurs caractères et leurs modes de vie extrêmement différents sont évoqués. « Olivier est un fêtard et un gros dépensier (…) Mary-Kate préfère être plus calme, solitaire et faire les choses qu’elle aime (…) elle aime les rassemblements en petit comité. Cela a fini par les séparer », apprend-on.

Lire aussi :  Benjamin Biolay, tragédie, Catherine Deneuve, état inquiétant ...

« Olivier adore voyager sous les tropiques avec ses amis français. Il a voyagé sans elle à plusieurs reprises (…). Vous ne pouvez pas contrôler une fille en voie de devenir milliardaire depuis ses 20 ans », a expliqué un proche, ajoutant que « Mary-Kate travaille très dur et se concentre sur son entreprise. Son emploi du temps est plus que strict».

Mary-Kate Olsen a déposé, sans succès, deux demandes de divorce au tribunal

« Mon mari attend que je déménage de notre maison lundi, le 18 mai 2020, dans un New York en pause à cause du Covid-19 (…), a-t-elle argué auprès du tribunal pour que sa demande de divorce soit prise en compte en temps de confinement où seules les requêtes urgentes sont traitées.  

« Je suis pétrifiée que mon mari essaie de me priver de la maison dans laquelle nous avons vécu et, s’il réussit, je ne vais pas seulement perdre ma maison, je risque aussi de perdre mes biens personnels », a-t-elle expliqué. Sa deuxième demande a également été refusée deux jours plus tard.