Brigitte Macron, sa relation ambiguë avec une star …

7532

Lors d’un dîner, beaucoup de choses peuvent arriver. Et c’est certainement au cours d’un tel moment que les nominations et les destitutions ont lieu.

Un dîner aurait été organisé à l’Elysée, au cours duquel le destin d’un homme a basculé, d’une position inférieure à une plus élevée. Car s’il n’a pas brigué le fauteuil de président de la République, il sera tout de même promu au poste de ministre. Cet homme c’est Eric Dupond-Moretti, le célèbre avocat nommé ministre de la justice.

Et contrairement à ce que la première dame pourrait avancer, son influence sur le chef de l’Etat se confirme. Même si sur le plateau de France 2, elle essayait de minimiser son emprise sur son époux. « Il y a des gens qui sont dans son entourage dont je partage complètement les idées. Je suis totalement en empathie », affirmait Brigitte Macron.

« Mais ils ne sont pas là grâce à moi, contrairement à ce que l’on a dit. Il y a beaucoup de fantasmes, ce qui est très difficile », poursuivait-elle. Toutefois, selon le magazine Elle, c’est au cours du dîner organisé en février 2019 à l’Elysée par Brigitte Macron que le sort du nouveau ministre de la justice aurait été scellé.

L’épouse d’Emmanuel Macron aurait fait la connaissance d’Eric Dupond-Moretti à l’occasion d’une représentation théâtrale qui lui aurait donné « envie de poursuive l’échange ». Plus exactement, c’est l’homme de loi qui aurait songé à inviter l’épouse du président de la République à la représentation de sa pièce intitulée A la barre, qui se faisait au théâtre de la madeleine.

Une importante tâche est revenue au nouveau ministre de la justice qui, au cours de la passation de pouvoir, avait assuré s’atteler « à de nombreux chantiers, du manque de moyens à la réforme de la justice des mineurs, jusqu’à l’indépendance du parquet, alors même qu’il est en poste pour vingt mois maximum ».

« On a des droits mais on a des devoirs aussi. Tout ça, c’est mis en place […] pour qu’à la sortie, tu deviennes un citoyen comme les autres », indiquait le nouveau garde des sceaux selon qui « la Justice a deux problèmes, elle manque de moyens et a de mauvaises habitudes. Alors les mauvaises habitudes, ce n’est pas une question de budget, mais les moyens c’est évidemment une question de budget », annoncé le nouveau garde des sceaux, signifiant que « la Justice va connaître un budget qu’elle n’a pas connu depuis longtemps ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here