Annie Cordy, disparition– un cauchemar qui a beaucoup duré !

4321

La triste nouvelle est tombée ce 4 septembre.

Ses proches ont confirmé dans les colonnes de Nice-Matin le décès de la chanteuse de 92 ans survenu suite à un arrêt cardiaque à son domicile de Vallauris dans les Alpes-Maritimes. «Elle a fait un malaise vers 18 heures. Les pompiers sont arrivés très vite, ont tout tenté pour la ranimer », a relaté à l’AFP sa nièce, Michèle Lebon, qui vivait auprès d’elle depuis plusieurs années.

«Elle est partie en quelques minutes », a-t-elle ajouté au sujet de cette tante qui selon elle commençait à montrer des troubles de la mémoire. La star avait révélé il y a un an avoir vécu des années difficiles après que ses parents l’aient placée chez les Ambrosinettes. «Mes parents ne me trouvaient pas assez costaude pour attaquer la vie. Alors, ils m’ont mis dans ce cours de danse chez les Ambrosinettes», avait-elle avoué. Là-bas, Annie Cordy avait dû «s’endurcir rapidement sous peine de voir son corps tout endolori».

Selon Le Figaro, Annie Cordy devrait être enterrée à Cannes dans le caveau familial, précisément au cimetière Abadie, le samedi 12 septembre, selon une annonce de sa nièce. Sans célébration religieuse, et suivant la possibilité qu’offrent les mesures de distanciation sociale, il pourrait y avoir une cérémonie avant l’enterrement.

«Annie aimait le public. Elle appartient au public. Nous allons essayer de permettre à ceux qui le souhaitent de lui rendre hommage», a précisé Michèle Lebon. Sur les réseaux sociaux, les réactions se sont multipliées après l’annonce de sa disparition, aussi bien de la part de ses fans que des célébrités de différents domaines.

«Retracer ses soixante-dix années de carrière, c’est égrener un chapelet de tubes, des bulles de bonne humeur», a souligné l’Élysée, indiquant que «certains réclamaient qu’elle soit remboursée par la sécurité sociale car elle savait faire lever des soleils intérieurs»«Le Président de la République et son épouse saluent le parcours de cette reine du music-hall», célèbre pour ses «joyeux refrains», peut-on lire dans le communiqué.

«Un lien particulier unissait effectivement le club et la chanteuse belge. C’est elle qui, en 1971, était devenue la marraine du Paris Saint-Germain en interprétant son premier hymne officiel intitulé Allez Paris», a communiqué le club de football du Paris Saint-Germain. Du côté de la télévision, Jean-Pierre Foucault a tenu à rendre hommage à cette «artiste complète, inimitable, unique, fidèle en amitié», tandis que Jean-Pierre Pernaut a indiqué combien «chaque rencontre avec elle était formidable et riche d’émotions».